Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le chanteur Cédric Antonelli qui vous présente son premier album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Mehdy-Matteo Dibane

Photo Mehdy-Matteo Dibane

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Cédric Antonelli, je suis un footballeur raté devenu chanteur par défaut puisque mon premier rêve a échoué! Je suis auteur, compositeur et interprète. J’aime me définir comme un musicien même si je suis chanteur et que je produis de la musique. Je suis un autodidacte qui s’intéresse à plein de choses et je suis quelqu’un d’hyper passionné. Je suis né à Avignon mais j’ai vécu principalement dans le sud de la France, à Toulouse.

Comment décrirais-tu ton premier album « Passer La Nuit » ?

Il est génial ! (Rires). Je dirais que je chante des chansons d’amour qui tournent mal. J’aime l’humour et ce qui est léger ; ce qui est décalé. On passe trop peu de temps sur Terre alors j’espère que mon album apportera un peu de joie, de douceur et de la dérision. Ce projet me permet de démystifier un peu les relations amoureuses trop souvent mises sur un piédestal.

Photo Nimol Ly Ung

Photo Nimol Ly Ung

Comment est né cet album ?

Dans un premier temps, j’ai produit moi-même ce disque avec Steph Legrand le réalisateur de l’album. Un premier titre est sorti, « Chanson Pour Qu’Tu Reviennes Pas ! », le clip a été élu vidéo of the day sur GoPro.com et il a connu un beau succès puisque Laurent Ruquier en a parlé dans son émission sur Europe 1. C’était chouette mais je n’avais pas assez de budget pour réaliser un album et donc, nous nous sommes lancés dans l’aventure crowdfunding en passant par MyMajorCompany.

Quelle est l’histoire du titre « Passer La Nuit » ?

Tu m’apprends que ce titre a une histoire ! (Rires) Dans mes chansons, j’aime bien partir d’idées plutôt sémantiques ou textuelles au début et dans cette chanson, un peu comme quelqu’un qui fait de la pub, je vends un « Passer La Nuit » mais je dis le contraire dans la chanson. C’est du jeu et une déclinaison sur ce que je ferai de mieux que de passer la nuit avec elle. J’ai du mal à écrire une histoire, je préfère que ce soit ludique pour moi et pour les gens à l’écoute. Il faut de la liberté et de l’amusement dans l’écriture même si je peux y mettre des bouts de ma vie mais de façon cachée. Je ne pourrais jamais raconter quelque chose de trop personnel dans mes chansons.

Photo Nimol Ly Ung

Photo Nimol Ly Ung

L’amour est le thème central de cet album. Est-ce un album de « lover » ?

C’est un faux album de lover. Je n’ai pas fait le tour de l’amour sinon je n’en parlerais pas mais je ne suis plus dupe. Je m’amuse de ces histoires, plutôt. Si on lit bien les textes, j’y vais assez fort par moment mais cela passe bien car musicalement les chansons paraissent douces. Le mot lover était vraiment à bannir de ma recherche quand je préparais cet album. J’ai souhaité aller à l’opposé d’une grande partie de la variété Française mais malheureusement, il y a quelque chose de romantique qui se dégage de moi et du coup, je suis cramé quand même (rires).

Est-ce un album autobiographique ?

Auto dans le sens auto-produit, oui ; bio, je l’espère et qui fera du bien aux oreilles et graphique, oui car il y a du graphisme sur la pochette (rires).

Peux-tu nous parler de la pochette de ton album ?

J’étais sur les quais de Seine avec Etienne Beauvois un ami comédien et il m’a pris en photo, une photo toute simple et je n’ai fait que rajouter les commentaires. Il y a quelque chose d’un peu cynique là-dedans comme si quelqu’un du show-business te disait de tout refaire. Sur cette pochette, je ne suis pas parfait et je m’en amuse. Je pense que j’ai besoin de m’amuser et que je ne peux pas faire les choses à moitié.

Photo Etienne Beauvois

Photo Etienne Beauvois

Il y a un duo sur ton disque. Peux-tu nous en parler ?

Avec grand plaisir ! S’il y a une chose dont je suis vraiment fier, c’est la présence de Coralie Clément sur mon album. Coralie a sorti plusieurs albums depuis le début des années 2000. J’ai usé son album « Salle Des Pas Perdus » qu’elle a écrit avec son frère Benjamin Biolay. Avec Steph Legrand, nous pensions à un duo mais pas forcément sur ce titre-là. J’ai eu très naturellement l’idée de faire appel à Coralie Clément car c’est l’une des rares chanteuses Françaises que j’adore. J’aime sa voix et j’avais besoin d’une artiste qui comme moi parle-chante. Je lui ai envoyé un mail, elle m’a répondu et cela s’est fait très simplement. C’est une belle rencontre et elle a compris directement où on allait.

As-tu toujours évolué dans le milieu artistique ?

Oui, j’ai toujours tenté de m’y rapprocher. J’ai commencé la guitare à 15 ans et à 18 ans, j’étais déjà produit au studio Condorcet avec des artistes comme Emile & Images, Serge Faubert, Berny, John Latorre...Et ces gens-là m’ont fait confiance dès le début. Je faisais des choses très différentes à côté… J’ai fait un peu de télé en tant que comédien et de l’animation notamment afin de patienter…

Photo Nimol Ly Ung

Photo Nimol Ly Ung

Quel serait ton message à un passionné de musique qui rêverait de se lancer ?

Mon premier conseil serait de faire, tout simplement. Aujourd’hui, on a la chance de pouvoir enregistrer facilement et de diffuser via les plates-formes. Alors, il faut en profiter! La deuxième chose serait de ne pas confondre l’envie de faire de la musique et l’envie de reconnaissance. Le monde a besoin de bons artistes, authentiques et vrais mais pas de gens célèbres! La célébrité, c’est désuet, c’est has-been!

As-tu des concerts prochainement ?

Je vais en avoir en septembre sur Paris et en groupe. Il y a eu une période de promo au printemps dernier et à partir de septembre, ce sera de la scène et un nouveau titre qui sera clippé. J’invite tous les lecteurs de La Parisienne Life à venir me découvrir sur scène très bientôt !

Commenter cet article