Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Rosalie qui vous présente notamment son premier EP baptisé « Deep Love » !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Olivier Ramonteu

Photo Olivier Ramonteu

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous dire quel a été ton parcours ?

Je m’appelle Rosalie, je suis Parisienne depuis quasiment toujours mais j’ai des origines Corses. J’ai un parcours artistique un peu atypique. En étant plus jeune, j’ai été initiée à la danse classique par une prof de l’opéra qui s’appelle Marguerite Cuesta et je dois dire que la danse a toujours été un moteur dans ma vie. J’ai toujours beaucoup écrit, je suis journaliste de profession et j’ai eu deux romans policiers qui ont été édités. Après avoir évolué dans le marketing, je me suis dirigé vers le journalisme et depuis deux/trois ans, j’ai lancé un groupe de reprises. J’ai commencé à toucher à la musique et comme j’avais écrit plein de chansons, j’ai eu envie de les faire vivre.

Quel a été « le déclic » pour composer ton premier EP et te révéler au public ?

Il y a beaucoup de moi dans ce premier EP même si je travaille beaucoup avec mes musiciens sur les arrangements, je compose les textes et les mélodies même si je ne joue d’aucun instrument. Les mélodies me viennent comme cela, soit parce que je m’inspire d’autres mélodies, soit parce qu’un air arrive subitement mais je commence à prendre des cours de piano. Pour parler d’un déclic, quand j’ai eu mon groupe de reprises, nous avons tourné pas mal mais je suis tombée malade et je suis resté hospitalisée longtemps. A ce moment-là, je me suis lancée dans l’écriture d’un roman mais j’étais trop fatiguée pour écrire longtemps et je me suis dirigée vers l’écriture de chansons qui sont des petits formats. Je suis sortie de l’hôpital en août dernier en me disant que j’avais plein de chansons et que j’avais envie de les chanter. Mes musiciens du groupe reprise ont eu du mal à me suivre car ce n’est pas évident de se mettre à créer quand tu n’es pas musicien d’origine, je me suis mise en quête d’un studio et le studio m’a fait rencontrer Ben Paolettoni et de fil en aiguille, on a commencé à travailler mes chansons.

Rencontre avec Rosalie qui vous présente notamment son premier EP baptisé « Deep Love » !

Comment décrirais-tu « Deep Love » ?

« Deep Love » est l’album qui me permet de rendre hommage à plein de choses et de tourner la page. C’est mon premier EP, c’est celui qui me fait exister en tant qu’artiste. Quand je parle d’hommage, c’est parce que dans cet EP, on retrouve des chansons qui parlent de choses très douloureuses que j’ai vécu telle que la perte de mon père ou ma maladie. Même si l’on croit que je parle d’amour dans le titre « Deep Love », je parle surtout de la douleur que je ressentais quand je ne pouvais pas serrer mes enfants dans mes bras quand j’étais malade. « Lazy » parle de la fatigue dans un couple au bout d’un certain nombre d’années. « So Close » parle de la distance que j’essaye d’avoir avec les gens car je suis trop fragile quand je m’attache. C’est un album qui résume un peu ma vie mais qui me permet également de passer à autre car voilà, c’est fait maintenant.

Pourquoi avoir baptisé ton EP ainsi ? Comment s’est opéré le choix des cinq titres le composant ?

C’est une bonne question. Cela n’a pas été évident car il y avait plus de vingt chansons et on pense toujours que la dernière chanson que l’on vient de créer est la meilleure. Ma toute première chanson s’intitulait « Someone », c’était un titre très pop un peu à la Beatles et je me suis rendue compte que j’avais un peu de mal à chanter sur un rythme très saccadé et après avoir cherché un peu la direction de l’EP, on s’est arrêtés sur des morceaux pop folk pour être cohérents. Pourquoi « Deep Love » ? Parce que cela représente un peu tout, c’est l’amour profond et je suis une grande passionnée, je trouvais que c’était celui qui me correspondait le plus.

Rencontre avec Rosalie qui vous présente notamment son premier EP baptisé « Deep Love » !

Chanteras-tu uniquement à l’avenir ?

Non, des titres en Français sont déjà écrits. Mon premier titre en Français s’intitule « Sunny Day », il est disponible sur ma page Facebook et il plait déjà beaucoup. J’ai également écrit un titre plus rock qui s’appelle « Nightmare » le soir des attentats en novembre dernier. Mon acolyte a un peu de mal avec le Français, il est plus axé sur l’Anglais mais nous trouverons bien un compromis. Je pense que je peux apporter plus de nuances et d’émotions en Français car c’est ma langue d’origine. Des radios m’ont contacté car elles étaient intéressées mais en Français et j’ai des fans également qui m’ont demandé la traduction des premiers titres.

Peux-tu nous présenter Ben Paolettoni ?

Ben est guitariste et compositeur également, je l’ai rencontré en studio pour l’enregistrement de l’EP. Il a été un vrai coup de cœur artistique et nous travaillons tout le temps ensemble depuis. C’est quelqu’un qui a un talent énorme et il a été le leader du groupe rock indé Bye Bye Blondie.

« Dance To A Record » est le premier extrait clippé. Quelle est l’histoire de ce morceau ?

Depuis la maladie que j’ai eue, je ne peux plus danser car mes membres ne suivent plus, il a fallu me résoudre à ne plus danser et ce titre est un hommage à la danse classique qui a toujours fait partie de ma vie. Quand je rentre dans cette maison dans le clip, je me revois quand j’étais en école de danse et j’avais envie de parler de cette fille-là. C’est une chanson qui est triste car ces moments sont finis pour moi mais c’est aussi une belle chanson car cela fait partie de ma vie. Malgré tout, je fais partie de ces gens-là qui dès qu’ils entendent de la musique, ils ne peuvent rester assis.

Rencontre avec Rosalie qui vous présente notamment son premier EP baptisé « Deep Love » !

Quelles ont été tes sources d’inspiration dans cet EP ?

Je te répondrais Neil Young, les Beatles un peu dans « So Close », il y a également Vanessa Paradis période Lenny Kravitz car je suis très fan de cette époque-là. Dans mes inspirations, on retrouve Gainsbourg mais pas forcément dans cet EP.

L’album est-il en préparation ?

Oui, il est en préparation. Je suis un peu le cul entre deux chaises comme on dit (rires), je suis entre le Français et l’Anglais, c’est compliqué…J’ai trois titres prêts en Français et un en Anglais pour l’instant. J’espère que l’album sortira à la fin de l’année.

Quel est ton rapport à la scène ?

Je dirais que je suis très à l’aise sur scène et je dirais que j’en ai besoin. La scène est l’aboutissement, c’est la récompense ultime. Je pense que j’ai toujours eu un besoin de reconnaissance énorme et je pense qu’il faut que chaque artiste le reconnaisse, il faut être honnête, on adore être sur scène, on adore faire rêver car nous-mêmes on aime rêver. Je répète 4/5 heures par jour, c’est dur mais quand on est sur scène, c’est du bonheur, c’est de la liberté et c’est très chouette !

Rencontre avec Rosalie qui vous présente notamment son premier EP baptisé « Deep Love » !

Comment inviterais-tu nos lecteurs à découvrir ta musique ?

Je leur ferais une petite vidéo de l’une de mes dernières chansons, dans l’herbe, tranquille, en acoustique pour les amener à moi tout simplement pour qu’ils comprennent que juste avec deux voix et une guitare, cela vaut tous les DJS du monde, tous les Guetta en puissance, tous les robots (rires).

Quels sont tes prochains lives à venir ?

Je serais jeudi 05 mai en concert à La Dame De Canton et je serais en showcases dans des Fnac et des Cultura en province dans les prochaines semaines.

Commenter cet article