Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Digitalism, un duo Allemand qui donne ses lettres de noblesse à la musique électronique !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Digitalism, un duo Allemand qui donne ses lettres de noblesse à la musique électronique !

Jens "Jence" Moelle du duo Digitalism a répondu à nos questions lors d’un de leurs passages Parisiens à l’occasion de la parution le 13 mai prochain de leur troisième album intitulé Mirage. İsmail "Isi" Tüfekçi n’était pas loin !

Peux-tu nous Digitalism à nos lecteurs ?

Je m’appelle Jens et je forme avec mon ami Ismail le duo Digitalism. Nous venons de Hambourg et nous avons commencé cette aventure musicale il y a un peu plus de 10 ans. Nous faisons de la musique à mi-chemin entre l’electro et l’indie avec un peu de rock également. Nous n’étions pas venus à Paris depuis longtemps mais cette ville est un peu comme notre lieu de naissance car nous avons une vraie histoire avec la France. Quand nous avons commencé à produire des titres, nous avons travaillé avec le label Kitsuné et nous avons signé chez Virgin France ; du coup, nous venions très souvent ici.

Comment nous présenterais-tu votre nouvel album ?

Par expérience, je dirais que les gens ont besoin de temps pour comprendre notre musique et que plusieurs écoutes sont nécessaires. Habituellement, cela peut prendre quelques semaines ou quelques mois, parfois les gens ont besoin de venir nous voir en concert, afin de complètement comprendre ce qu’est Digitalism. Je pense que notre musique parle d’elle-même et que les gens doivent s’asseoir et écouter l’album d’une seule traite. En revanche, je tiens à dire qu’il est assez long, cela prendra un peu temps (rires). Ils peuvent fermer les yeux et imaginer tout un tas de chose car notre musique est assez soundtracky et elle peut les faire dériver vers différents mondes.

Photo Yoshino

Photo Yoshino

Pourquoi votre nouvel album s’intitule-t-il Mirage ?

Nous avons choisi un mot Français qui renvoie au phénomène d’illusion, cela peut être une chose ou ne pas l’être, cela peut être quelque chose de beau dans un environnement qui ne l’est pas. Mirage peut renvoyer au désert mais aussi à Las Vegas où un hôtel porte ce nom. Un mirage n’est pas réel mais c’est quelque chose de très coloré et d’onirique, c’est quelque chose d’assez fantastique. Nous aimons l’idée du concept de mirage et cela nous a frappé quand nous cherchions un titre pour l’album. Il faut y regarder à deux fois pour savoir si c’est bien réel, un peu comme le fait d’écouter plusieurs fois notre musique pour rentrer dedans. Sur l’album, il y a deux morceaux instrumentaux baptisés " Mirage ", les deux morceaux mis bout à bout font plus de 12 minutes.

Quel est le message contenu dans la musique de Digitalism ?

Nous voulons fournir une bande sonore qui accompagnerait la vie des personnes qui nous écoutent. Nous essayons de peindre une scène avec notre musique, nous essayons de faire naître des sentiments avec notre musique et nous voulons que nos morceaux soient des instantanés de cela.

Rencontre avec Digitalism, un duo Allemand qui donne ses lettres de noblesse à la musique électronique !

D’après moi, certains morceaux de Mirage pourraient être utilisés dans des jeux vidéo. Est-ce que le monde virtuel fait partie de vos inspirations ? Etes-vous des gamers ?

Oui, probablement, il y a une grande influence des jeux vidéo des années 80 dans notre musique. Tout comme le concept de mirage, il s’agit de créer un nouveau monde en programmant un jeu vidéo. J’ai grandi avec tous ces sons de jeux dans les années 80. Je jouais beaucoup à la Super Nintendo mais seulement jusqu’au début des années 90 mais je sais qu’Isi joue beaucoup aux jeux de foot sur Playstation.

Mirage n’est pas seulement que de l’electro, il y a un background rock également sur l’album. Suis-je dans le vrai ?

Tout à fait, nous sommes toujours entre le rock et l’electro. Je pense que même si cet album est très électronique, il y a du rock dedans. Parfois, ce n’est pas très voyant et il faut le chercher mais il y a du rock, c’est certain. De même que la façon dont nous avons mixé l’album, il y a une finition très rock dans le son même dans les morceaux techno. On retrouve des guitares sur l’album car on aime cela. Mirage est un peu comme un retour aux sources, c’est comme si nous avions fait un nouveau premier album (rires).

Rencontre avec Digitalism, un duo Allemand qui donne ses lettres de noblesse à la musique électronique !

Seriez-vous intéressés pour faire la bande originale d’un film dans le style de Tron par exemple ?

Pas de Tron car cela a déjà été fait et je n’ai jamais été un grand fan (rires), je suis plus Blade Runner, ce film et la musique qui l’accompagne sont grandioses. Bien sûr, cela a du sens de faire une bande sonore pour un film qui n’existe pas, c’est déjà ce que nous faisons. Nous avons rencontré Trevor Horn à Los Angeles, il nous a donné des conseils à propos justement des bandes originales de film et il nous a dit que c’était une vraie plaie car il y a des dates butoirs à respecter par exemple…Comme j’aime beaucoup la musique classique, j’ai vraiment adoré le travail de Daft Punk sur Tron Legacy et ce qu’ils ont fait avec un orchestre, ça sonnait vraiment bien.

Quels sont les artistes avec lesquels vous aimeriez collaborer ou remixer ?

Je ne sais pas car nous sommes contents avec ce que nous faisons actuellement même s’il y a plein de grands artistes. En ce qui concerne les remixes, si une chanson est vraiment bonne, elle n’a pas besoin d’être remixée. Travailler avec quelqu’un ? Je ne sais pas, nous avons pratiquement tout fait tous seuls sur cet album et nous n’avons pas voulu faire de collaborations…Peut-être que si tu me repose la question dans quelques mois, la réponse sera différente (rires).

Rencontre avec Digitalism, un duo Allemand qui donne ses lettres de noblesse à la musique électronique !

Quelle serait selon toi la force de ce nouvel album ?

Je dirais peut-être les mélodies qui après une ou deux écoutes restent déjà en tête.

Quels artistes Français connaissez-vous ?

Il y en a beaucoup car la France est un pays très créatif où il y a plein de grands artistes. Dans les artistes electro, je pourrais te citer Mirwais, David Guetta, Club Cheval, Phoenix, Air, Vitalic, Daft Punk, Jean-Michel Jarre et il y a des artistes des années 60 comme Françoise Hardy ou Serge Gainsbourg

Quel serait le lieu le plus incroyable pour faire un concert ?

Il y a 10 ans, je t’aurais répondu sur Mars mais juste avant de venir à Paris, nous rediscutions d’un concert aux Arènes de Nîmes et cela a été un concert fabuleux dans ce grand Colisée durant l’été avec plein de monde. Il y a plein de lieux très cool, on a déjà joué près d’un canyon aux Etats-Unis par exemple. En revanche, des concerts dans des petits clubs où tout le monde est en sueur, collés les uns aux autres, c’est aussi super.