Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Yaké from Shadowlands, auteur, compositeur et interprète. J’ai commencé la musique très tôt, c’est mon papa qui m’a donné l’idée et m’a acheté une guitare à 10 ans. J’ai écrit mes premières chansons à 15 ans. J’ai partagé cette passion avec mon frérot, Alexandre, et après j’ai eu plusieurs groupes notamment sur Paris ou nous avions pu nous produire au Gibus. Après il y a eu les Monkey Beats avec qui j’ai pu sortir deux albums, après avoir gagné le tremplin des Vieilles Charrues, on a joué la bas.Mais nous étions trop jeunes et nous manquions d’expérience dans ce milieu ! J’ai continué de mon côté en écrivant pour moi et j’ai collaboré avec plein de potes jusqu’à l’envoi d’un mail à Anaïs !

Comment est né le duo Maverik ? Comment nous présenterais-tu ta partenaire Anaïs Delva ?

Je n'ai pas pu réchapper à la tornade de son succès "Libérée Délivrée". J'ai adoré sa voix et sa performance sur le titre, pourtant extrêmement loin de mes influences et écoutes. Je suis allé sur Youtube et ai entendu des interviews et d'autres interprétations qu’elle avait faites. J'ai adoré sa personnalité. Je lui ai envoyé un mail avec mon dernier clip et titre « The Shadowlands », lui proposant de lui écrire un morceau. Sa réponse fut immédiate et positive ! On a discuté des heures de musiques et avons, en fait, orienté nos idées vers un projet de groupe "60s". J'ai écrit une vingtaine de chansons en six mois et nous en avons sélectionné six dont la composition mettait en avant sa voix de malade. J’ai beaucoup maquetté dans mon studio, d’où en sont restés 75% des arrangements de l’EP et puis nous sommes allé enregistrer les voix et autres intrus au studio Télémaque chez mon pote Cyril Maudelonde. Elle a sublimé les titres.Des potes, dont Vincent Choquet, et mon frère sont venus poser des instrus. On est hyper complémentaire avec Anaïs, avec 2 forts caractères. On a fait les choses simplement quand nous nous sommes rencontrés et on s’est bien marrés !

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

Pourquoi avoir appelé votre EP The Lunatic Bee ?

Parmi les titres présents sur l’EP, il y en a un qui s’intitule Lunatic dont le texte est barré et totalement ambigu. Ce titre nous semblait assez emblématique de l’EP car il est très décalé. Maverik dans le langage courant est synonyme d’excentrique, rebel. L’EP se veut un peu rebel dans le sens où il n’est pas dans la mouvance du moment. Pour Bee, tout simplement car nous nous sommes tapé un gros délire sur une chanson des Kasabian qui s’appelle Bumblebee ! A la fin de l’un des morceaux qui s’intitule No Value, j’ai posé une petite abeille et du coup on y a fait un clin d’œil en appelant l’EP « The Lunatic Bee ».

La musique de Maverik est très orientée par le rock 60s Américain. Qu’est-ce qui vous a influencé pour l’EP ?

De mon côté pour l’écriture, j’ai dû écouter près de 200 titres des années 60 et j’ai dû laisser un peu de tune à Itunes ! Mais cet univers, je l’avais en moi car c’est ce que j’écoutais quand j’étais gamin, je pense notamment à Van Morrison, aux Beatles, à Roy Orbison,aux Stones, à Phil Spector, Johnny Tilloston,Del Shannon ou à Johnny Cash. Apres je suis fan de Gorillaz et Kasabian par exemple… Sans aucune prétention, j’ai essayé de faire des morceaux qui colleraient avec ça. Il y a un duo sur l’EP qui s’appelle Exploded et il est très dans l’esprit Johnny Cash/June Carter. Wasted est plus Roy Orbison, No Value était plus pop à l’origine mais nous l’avons orienté vers le Bang Bang de Nancy Sinatra…Tous les morceaux en sont inspirés dans l’écriture. En revanche, dans le son, nous sommes allés chercher des choses qui n’étaient pas faciles car nous voulions avoir des reverbs d’époque à plaques mais elles sont rares !Nous avons pris alors des vieux amplis des années 60, on passait les voix dedans avec la reverb a fond et on les a mixés avec le son brut. En gros c’est une sorte de « reamping » et on a fait ça pour les voix mais aussi pour les guitares et les pianos et on a pu retrouver un peu les sonorités reverbées des années 60.

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

Tu es le songwriter du projet. Que racontes-tu dans tes textes et pourquoi avoir fait le choix de l’Anglais ?

L’Anglais car j’ai toujours écrit en Anglais et je pense qu’écrire en Français est un vrai métier qui n’est pas le mien. Quand tu écris en Français, les gens vont d’abord écouter le texte et ensuite la mélodie. J’ai une culture pop Anglaise où l’on écoute d’abord la mélodie et le texte vient ensuite mais il n’empêche que j’y accorde une vraie importance car je déteste les textes trop faciles , j’aime bien faire des métaphores qu’on ne voit pas forcément. Il y a deux textes très « sexy » sur l’EP mais qui sont à double sens kinky ! No Value est très fort sur le fond, Lunatic est complètement barrée psychée et Rise And Fall exprime des moments vécues…

Tu as sorti un single baptisé The Shadowlands. Travailles-tu en parallèle à Maverik à un album ou à un EP en solo ?

J’avais déjà écrit pour les Monkey Beats mais avec Maverik c’est la première fois que j’avais des chansons à écrire pour quelqu’un qui possède une technicité et un spectre vocal hyper large. Je voulais en profiter ! Cela a été une expérience différente car dans l’écriture je voulais emmener les refrains assez haut. J’ai écrit beaucoup de chansons pour ce projet et beaucoup étaient dans l’esprit de ce que je faisais pour moi dans le style de Shadowlands avec un esprit un peu à la Ennio Morricone. J’ai beaucoup de morceaux qui ne seront jamais pour Maverik et que je vais garder pour moi mais je ne sais pas ce que j’en ferai. C’est à voir mais de toute manière, j’écris tout le temps. Peut-être qu’il y aura un projet solo mais pour l’instant, ce n’est pas en vue car j’ai envie de poussé Maverik au plus loin.

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

La qualité de la vidéo accompagnant The Shadowlands est indéniable. Aurais-tu une vocation à passer devant la caméra ou à monter sur les planches comme Anaïs ?

(Rires), C’est un truc que j’aurais aimé faire car naturellement je fais toujours le con devant une caméra et ça me plait de tourner mais c’est un vrai métier. J’ai peut-être des aptitudes mais pour The Shadowlands, on s’est marrés, ce clip a été fait avec un pote. On a tourné pendant quatre jours en forêt, on a vraiment creusé un trou et j’y suis resté durant quatre heures, j’ai un pote qui est resté fixé à l’arbre pendant deux heures aussi ; ça a été hyper rock’nroll, sans parler des tiques !

Des illustrant des titres de Maverik sont-ils en prévision ?

Un clip illustrant Be my Baby est en cours de montage. On a voulu un clip tendance 60s et il a été filmé avec une vieille caméra Lomokino.

Qu’en est-il de concerts ?

Nous avons sorti l’EP et on attend que le clip arrive. On aimerait bien évidemment faire des concerts mais on aimerait être accompagnés dans notre démarche. Les concerts viendront dans un second temps, il faut d’abord que Maverik trouve son public.

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

L’EP est-il le premier pas vers un album ?

C’est toujours le cas mais cela va dépendre encore une fois du fait que Maverik trouve son public. Faire un album, c’est rajouter quatre morceaux et on les a. On a une vingtaine de morceaux pour Maverik dont certains qui existent déjà en démos. Faire un album ne sera pas compliqué. L’EP a été énergivore entre l’écriture, les arrangements, les sessions studio avec Cyril Maudelonde, on a fait le mixage dans les studios Telemaque et Cyril a vraiment ajouté sa patte. Si jamais il y a un album, il sera fait chez les studios Telemaque. Sans Cyril Maudelonde, Maverik ne sonnerait pas Maverik.

As-tu d’autres projets musicaux en cours pour 2016 ?

Non car je souhaite me concentrer vraiment sur Maverik. J’aimerais que nous ayons un label et éventuellement un tourneur. J’ai déjà monté ma société de production et Maverik y sera signataire dessus afin de pouvoir aller démarcher. Ca c’est un autre projet dans le projet.

Rencontre avec Yaké qui nous en dit plus sur le duo Maverik !

Commenter cet article