Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Richard Espinasse, un humoriste aux multiples talents totalement libéré et givré !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Richard Espinasse, un humoriste aux multiples talents totalement libéré et givré !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Richard Espinasse, je suis né un lendemain de fête, le 1er janvier 1982 non loin de la ville d'Angers. J'ai eu une enfance normale, élève sérieux, j'ai toujours suivi ce que la société m'a dit de faire et ça s'est conclu par un Bac+5 en Finance J’ai travaillé durant cinq ans dans la finance à Paris mais aussi au Caire (oui en Egypte!) durant un an puis durant deux ans et demi à Londres. Je suis rentré à Paris fin 2009 et j’ai bien habité dans le 16ème comme je le dis dans mon spectacle. J'aime bien me moquer des petits vieux, mais je les adore même s'ils sentent un peu fort (rires).

A Paris, j'ai arrêté la Finance pour aller travailler à La Française Des Jeux en tant que Trader Paris Sportifs, un métier plus « fun ». Bookmaker, c'est finalement plus honnête que banquier, c'est un jeu d'argent officiel et en plus, dans ce cas, il y a quand même quelques chances de gagner...

L’Effet Mère Doit Perdurer est mon premier spectacle ; j’ai commencé à le jouer les 11 et 12 septembre 2015 devant mes proches à Angers au Théâtre de la Comédie. Ensuite j'ai fait 2 showcases au théâtre des Feux de la Rampe fin 2015.

Je joue mon spectacle depuis janvier 2016 tous les mardis à 21h30 au Théâtre Le Lieu.

Comment passe-t-on de l’univers de la finance à celui du théâtre ?

Il y a eu un vrai déclic pour moi entre fin 2010 et début 2011, j’ai perdu en l’espace de quelques mois deux proches.

Après la période de deuil j'ai eu un sentiment de libération en me disant que finalement on est tous foutus d'avance, donc autant passer ce court moment sur cette Terre à être heureux ! Donc ça m'a en fait libéré de prendre conscience de la fragilité de la vie.

A côté de ça, j'ai toujours aimé faire rire et les gros challenges. Mon objectif était donc trouvé : Ecrire et interpréter mon One Man Show.

J'ai donc commencé à prendre mes premiers cours de café théâtre pendant l'été 2011. Ce n'est qu'en 2014 que j'ai décidé de « tout plaquer» pour devenir comédien humoriste. A ce moment là, j'ai repris une formation plus classique chez Acting International qui m'a permis de reprendre les bases, les classiques. L'expression qui m'a le plus marqué pendant ces cours c'est « accoucher de soi-même ».

Je pense avoir réussi la 1ère étape de l'« accouchement de moi-même » avec ce One Man Show, mais il me reste encore plein de choses à explorer sur moi et sur les autres surtout, les gens, la vie...oh putain c'est beau ce que je dis (rires).

J'aime cette mise en danger dans le métier de comédien et le fait qu'il faille se remettre en question en permanence tout en gardant une grande confiance en soi.

Rencontre avec Richard Espinasse, un humoriste aux multiples talents totalement libéré et givré !

Comment définirais-tu ton seul en scène ?

Avec ce premier spectacle, j'ai juste cherché à faire ce qui me plaisait....et beaucoup de choses me plaisent ! La base du One reste les jeux de mots, l'humour noir et le chant, mais on y retrouve aussi des personnages, des moments plus stand up et un zeste de trash.

Que retrouve-t-on dedans ?

Je raconte comment je me suis libéré de mon ancienne « vie normale », je parle du fait d’être papa, de la vie de couple, de sexe, de mon optimisme, des bienfaits de la musique…

Pourquoi l’avoir baptisé L’Effet Mère Doit Perdurer ?

Je voulais un titre original et ce double jeu de mots rotatif intégré me paraissait sympa (rires).

Pour la petite explication, il y a plein de choses qui me parlent dans ce titre : le coté mère/père, le fait d'avoir perdu mon père, le fait d'être moi même papa, le fait d'assumer mon côté féminin dans mon couple et dans l'éducation des enfants, tout en restant viril évidemment ! Il y a aussi le côté « éphémère », vivre dans l’instant présent et la notion de « perdurer » en référence au cycle de vie... C'est un peu compliqué je sais ; tout le monde ne peut pas être dans ma tête de sodomiseur de pucerons (rires)

J'en profite d'ailleurs pour vous annoncer que je vais rebaptiser mon spectacle en « Libéré et Givré », beaucoup plus clair, moins prise de tête et moins sujet à interprétation pour le public.

Rencontre avec Richard Espinasse, un humoriste aux multiples talents totalement libéré et givré !

Que mettrais-tu en avant dans ce spectacle ?

Je pense que je mettrais en avant le triptyque humour noir/ jeux de mots /chant, qui est à ma connaissance assez unique je pense, je crois...enfin...j'espère.

Peux-tu nous expliquer pourquoi tu portes la robe de La Reine Des Neiges sur ton affiche ?

Ma fille ainée est fan de ce dessin animé et j'adore cette citation de Elsa dans la chanson « Quand on prend de la hauteur, Tout semble insignifiant La tristesse, l'angoisse et la peur M'ont quittées depuis longtemps ».

La robe c'est aussi une manière d'assumer mon côté féminin en autodérision.

Quelle est la part de vécu dans ton spectacle ?

Je dirais 50/50, le spectacle a été inspiré forcément de faits réels mais je n’ai pas eu de relation gérontophile (enfin pas encore) et je n’ai pas vendu ma fille sur E-Bay… Parfois ce sont les mots qui guident les sketchs et parfois les histoires vraies...

Par exemple, le côté où je me fais bouffer dans mon couple est assez vrai, mais j’en suis fier, car c’est souvent le secret des couples qui durent (rires).

Rencontre avec Richard Espinasse, un humoriste aux multiples talents totalement libéré et givré !

Peux-tu nous parler de Dirty Dancing ?

J'écoutais déjà la musique du film quand j’étais en CM2 ; tout le monde l’écoutait ! C'était à la mode d'écouter ça sur un radio-cassettes (ça fait bizarre de dire radio-cassettes)

C'est un film culte romantique et sexy et j'ai bien aimé casser cette image avec ma petite mémé. Je n'ai pas encore appris la choré, mais pourquoi pas dans une prochaine version du sketch, j'inviterais d'ailleurs peut être quelqu'un du public à danser sur scène avec moi !

Tu excelles dans les parodies musicales. As-tu une vocation à devenir chanteur ?

C’est vrai que j’ai toujours aimé chanter. Je prends des cours de chant par respect pour les chansons que je parodie, car je les détruis déjà assez avec les paroles (rires).

J’aime également chanter des choses sérieuses, mais je ne perds pas l’objectif que le chant doit servir l'humour. Je me suis juste dit que si je chantais bien ce ne serait pas plus mal pour les oreilles du public.

Photo Anne Barot

Photo Anne Barot

Quel est l’avenir de ton spectacle ?

Je vais jouer la nouvelle version du spectacle avec le nouveau titre « Libéré et Givré » à deux reprises le 20 mai à domicile, à Angers. Je serai aussi sur scène les 27,28 et 29 mai à Thorigny Sur Marne au Théâtre En Bord D’O et je serai normalement de retour pour le jouer à Paris en juin.

Peux-tu nous parler de ton prochain défi sportif ?

J’ai toujours été sportif, j’ai fait beaucoup de foot dans ma jeunesse et de la course à pieds depuis que je suis moins jeune...

Mon gros challenge à venir est le Marathon de Paris le dimanche 3 avril. Au moment de l' inscription, j'ai même eu l'idée saugrenue de m'engager à le courir en robe Reine Des Neiges. Je le cours d'ailleurs aussi pour soutenir l'association Le Rire Médecin.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir voir ta dernière demain au Théâtre Le Lieu ?

Je dirais que je vais déjà être dans mon prochain titre, c’est-à-dire « libéré et givré ». Il va y avoir pas mal de surprises. Je vais notamment faire les entrées, changer ma musique d'intro, être plus fou, m'amuser encore plus !! On va tourner la première page de ce spectacle qui durera longtemps j'en suis sûr, ça c'est mon côté optimiste.

Photo Anne Barot

Photo Anne Barot

Commenter cet article