Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Cyril Gourbet, je suis comédien de théâtre et de télévision depuis dix ans maintenant et j’ai la particularité d’avoir un autre métier en parallèle : je suis aussi prof d’EPS. C’était mon premier métier en fait. J’enseigne dans un lycée à St Germain en Laye et à côté de cela, j’ai ma vie de comédien sur scène le soir. J’avoue que mon emploi du temps est assez chargé et je dois souvent jongler avec les cours, les répétitions, les castings ou les différents tournages… Ça demande une bonne organisation.

Qui est Jack Beauregard ?

En fait, le nom du personnage, Jack Beauregard, est un hommage au film « Mon Nom est Personne » avec Terence Hills. Il y a plein de références coups de cœur dans la pièce, à des films ou des répliques que nous avons adoré avec mes complices auteurs : Fredéric Bui Duy Minh et Aymeric de Nadaillac.

Sinon Jack Beauregard, alias Antoine Durillon est en fait, un baratineur, un petit escroc qui emprunte différentes personnalités pour gagner un peu d’argent. Il se fait passer pour un aventurier et fait de fausses conférences de ses soit-disantes explorations aux quatre coins du monde avec son complice Gaston (déguisé en gorille).Il faut dire qu’à cette époque, tous ces territoires-là étaient vraiment inconnus du grand public et donc il pouvait raconter ce qu’il voulait sur l’Amazonie ou l’Afrique.

Mais C’est aussi un grand charmeur qui aime bien séduire les femmes…et c’est pour cette raison que, devant les atouts de la belle Joan Fawcett, ainsi que son gout pour l’argent, il va se laisser embarquer malgré lui dans cette fabuleuse aventure.

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Comment nous présenterais-tu Les Aventuriers De La Cité Z ?

Les Aventuriers De La Cité Z est une comédie inspirée par cette nouvelle mouvance à laquelle Eric Métayer (Les 39 Marches) et Sébastien Azzopardi (Le tour du monde en 80 jours) ont brillamment ouvert la voie pour ce nouveau type de théâtre : La comédie d’aventures; mais notre pièce a cette spécificité d’avoir en plus 26 décors différents pour plonger encore plus le spectateur dans cette folle course au trésor aux quatre coins du monde. On a voulu vraiment à travers la scénographie(les changements de panneaux, les rideaux, les vidéos) et une mise en scène très rythmée que le spectateur n’ait pas de temps morts et qu’il soit happé par cette tension, cette quête… qu’il soit pris par l’aventure. C’était là le pari de départ : nous voulions transposer un film tel qu’Indiana Jones au théâtre ! Gros challenge avec si peu de moyens ! Au cinéma, on peut couper des scènes, insérer des plans, faire des effets spéciaux… Au théâtre, c’est difficile car il faut du temps pour changer de décor et c’est pour cela que nous avons mis en place ce système de panneaux et de rideaux afin que pendant qu’une scène se joue à l’avant, il y ait toute une machinerie à l’arrière pour changer complètement d’univers. Avant tout, cela reste une comédie burlesque dans le style des Monty Python ou des Nuls ajouté à l’univers de Tintin, hommage au héros de notre enfance.

Tu as participé à l’écriture de cette comédie d’aventure, comment est née l’idée de cette pièce ?

J’ai une très belle anecdote à ce propos. Peu de gens le savent. C’est en sortant de la pièce Les 39 Marches que j’ai eu vraiment envie d’écrire ce type de comédie d’aventures et de jouer ce type de pièce tellement inventive. Nous avons commencé à chercher un thème avec mon compère Frédéric Bui Duy Minh et l’idée d’OSS 117 au théâtre nous est venue. Nous avons demandé les droits à Martine Bruce qui est la fille de Jean Bruce, auteur des romans de gare OSS 117 et elle a été enchantée par l’idée. Elle nous a donné les droits et durant six mois, nous avons commencé à écrire le début de la pièce qui s’appelait Furia à Bahia. Mais nous avons reçu un courrier en recommandé des frères Altmayer qui détiennent les droits télévisés d’OSS 117 nous interdisant de jouer cette pièce. Catastrophe, tout s’est écroulé. Il nous a fallu 4-5 mois pour repartir sur autre chose. On est restés sur le même thème en se disant qu’au final OSS 117 était un James Bond à la Française un peu gauche…alors pourquoi ne pas faire pareil avec un autre grand héros comme Indiana Jones. Frédéric Bui Duy Minh a trouvé par la suite cette histoire fabuleuse du Colonel Fawcett qui a vraiment disparu en 1925 et cela a été porteur pour la pièce. C’est une histoire absolument fabuleuse qui va être très prochainement adaptée au cinéma.Elle a vraiment été la colonne vertébrale des Aventuriers de La Cité Z. Puis, nous avons demandé à notre complice Aymeric De Nadaillac de venir nous rejoindre pour nous apporter son expérience dans l’écriture et la mise en scène.

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Es-tu fan d’Indiana Jones à l’origine ?

Oui, forcément, je suis un grand fan des films d’aventures des années 80 tels qu’Indiana Jones ou A La Poursuite Du Diamant Vert et par la suite La Momie…mais surtout de L’Homme De Rio avec l’inégalable Belmondo ! D’ailleurs Spielberg s’est inspiré de ce film pour créer Indiana Jones. Dans la pièce, l’histoire des trois statuettes dans la pièce est un clin d’œil à ce film.

Il y a également beaucoup de références à Tintin dans les décors et la pièce car il est pour moi le symbole même du héros d’aventures dans la bande dessinée…une autre grande passion.

Quel est selon toi le point fort de ce spectacle ?

Le point fort de ce spectacle est vraiment le rythme qui permet aux spectateurs d’être plongés dans une tension et dans une aventure pendant 1h20 sans sortir de la pièce et grâce notamment à une mise en scène originale et rythmée et une scénographie très riche qui plongent les spectateurs vraiment au cœur de l’aventure. J’ai pris le risque de peindre moi-même tous les décors car cela m’amusais mais je n’étais pas sûr du résultat et devant l’enthousiasme des spectateurs et surtout la récompense du P’tit Molière 2013 pour la meilleure scénographie, j’avoue que cela m’a fait très plaisir.

Je vais aussi rendre hommage à mes partenaires Sara, Loïc et Aymeric en disant également que les comédiens sont également un point fort de ce spectacle car ils sont vraiment à 200% dans les différents rôles qu’ils jouent. Ils ne ménagent ni leur énergie ni leur talent pour rendre à chaque personnage des couleurs et des traits vraiment attachants et crédibles.

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

C’est très physique sur scène, as-tu un entrainement particulier ?

Je suis à la base très sportif, en tant que professeur de sport, j’ai une hygiène de vie assez seine et je m’entraîne régulièrement pour garder la forme. Quand je sais que je vais reprendre Les Aventuriers De La Cité Z, je me prépare effectivement physiquement car cela demande une bonne condition physique. C’est 1h20 de cascades et de courses à un rythme effréné sur scène que je compare souvent à un match de foot ou de rugby que j’ai longtemps pratiqué. Le samedi, nous jouons deux fois, à 17h et à 21h et forcément, on ne peut pas arriver sans avoir un minimum de condition physique avant de faire ce genre de spectacle. C’est vrai qu’on ressort souvent avec des bleus partout mais cela fait partie du jeu et de l’énergie nécessaire pour cette pièce. Si les héros ne vont pas à 200% vers la quête, on n’y croit pas. C’est pour cette raison que nous avons choisi Sara Lepage et Marie Recours Bellessort dans le rôle de Joan, pour leur passé de grande sportive : Sara est une ancienne gymnaste et Marie une danseuse professionnelle. Il fallait qu’elles puissent suivre le rythme de la pièce et assurer les différentes cascades sans danger. Loïc et Aymeric sont également très sportifs aussi… des amoureux du football !

A qui serait destiné ce spectacle ?

Vraiment à toute la famille car c’est un spectacle que nous avons voulu pour tout le monde, on va dire de 6 à 110 ans. On a tellement de retours positifs des petits qui ressortent émerveillés par tous ces personnages totalement différents. Même s’ils n’ont pas tout compris, ils en ont pris plein les mirettes durant 1h20 et ils n’ont pas le temps de s’ennuyer. Les papis et les mamies ressortent eux-aussi bien souvent émerveillés comme les enfants. On est vraiment contents de cela. Il y a bien sûr aussi les parents qui sont des trentenaires, des quarantenaires qui ont connu Indiana Jones et qui retombent en enfance grâce à ce spectacle. Au-delà de cela, je tenais à rendre un petit hommage à mes parents car nous venons d’Auvergne et on va très peu au théâtre dans cette région et je voulais un spectacle qui soit accessible à tout le monde y compris mes parents pour qui le théâtre a un côté rébarbatif et signifie ennui, longues tirades où il ne se passe jamais rien…Je voulais qu’ils découvrent une autre forme de théâtre accessible à tous. Ils sont venus et m’ont dit qu’ils avaient beaucoup aimé et ne s’étaient pas ennuyé un seul instant ! Cool ! Comme je le dis souvent à mes élèves, j’espère que cela peut donner envie à des jeunes qui ne connaissent pas trop le théâtre à en faire. Le théâtre ce n’est que Phèdre et autres grands classiques ennuyeux qu’on apprend au lycée… il y a également d’autres formes de théâtres contemporains qui proposent des spectacles vivants vraiment originaux et novateurs (les comédies burlesques, les boulevards, les mimes, les comédies musicales, cirque..etc). Aidons nos jeunes à aller vers les salles de spectacles plutôt que de rester devant leurs jeux vidéo…

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Comment décrirais-tu cette aventure extraordinaire sur le plan humain ?

Ça a été au départ, un accouchement douloureux en 2012 pour le festival d’Avignon, parce que cette pièce est tellement complexe dans sa mise en scène qu’elle demande beaucoup de répétitions et d’organisation scénique… et donc ça a été très difficile au départ pour bien se caler. C’est une « usine à gaz » comme dirait Alain Sachs. La première fois qu’ils nous a vus, il nous a traité de forains. Tout est millimétré à la seconde près, c’est énormément d’accessoires, de costumes et de décors, cela a été compliqué mais ça a créé des liens entre nous et cela nous a renforcés. Loïc et Sara ont tellement vécu et supporté des moments heureux et difficiles dans cette pièce qu’ils font totalement partie de cette pièce maintenant. C’est donc une aventure humaine très riche entre nous 4 comédiens ainsi que Frédéric Bui Duy Minh et les habilleuses (Kelly et Claire) qui nous apportent leur aide précieuse en coulisse. Tout le monde est vraiment à fond, cela a créé un groupe très uni auquel est venu s’ajouté Alain Sachs qui nous a rejoint pour nous aider dans la collaboration artistique et qui est émerveillé à chaque fois par notre énergie et par notre enthousiasme sur cette pièce. Et je n’oublie pas bien sûr notre costumière, Martine Bourgeon, qui a su nous créer des costumes géniaux pour les 16 personnages différents de la pièce.

Comment présenterais-tu les comédiens qui t’accompagnent sur scène ?

Aymeric qui interprète le méchant Spountz, Pépito ou Le moine Sourd muet a beaucoup apporté dans l’énergie et la mise en scène de la pièce, mais en tant que comédien, il a en plus ce côté complètement investi et loufoque dans ses personnages. Il adore ce côté un peu décalé des personnages très caricaturaux. Loïc est un déconneur au naturel et il nous a tout de suite plu au casting car il a ce côté à la fois enfantin mais aussi très professionnel. Il a immédiatement adoré la pièce car il retrouvé son âme d’enfant en interprétant plein de personnages différents... Il joue par exemple Le grand précieux, Carlos Vallette ou encore une vieille grand-mère nympho et alcoolique…Il s’éclate et ça se voit. Sara a été un coup de cœur également. Pour la petite anecdote, lorsque nous avons proposé à Sara le rôle de Joan Fawcett, il y avait une condition : elle devait rentrer dans la fameuse robe rouge…référence à Jessica Rabbit ! Et quand elle est rentrée dans la robe et qu’elle est venue nous voir, nous avons tous eu la même réaction que Jack … Oh putain l’engin! Ça va le faire ! Et ça le fait chaque soir… ! Avec son passé de gymnaste, nous savions qu’elle avait l’énergie mais aussi le talent de comédienne pour parfaitement assurer le rôle. Marie Recours qui nous a rejoints récemment comme doublure,est tout aussi charmante et dans un autre registre. Elle a un style un plus « anglaise », un peu plus coincé qui va très bien au rôle de Joan. C’est un plaisir pour moi d’être aussi bien entouré chaque soir !

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Une suite est-elle dans « les tiroirs » ?

Beaucoup de gens nous réclament la suite ou du moins une autre aventure. On est en phase de recherches. Il y a plusieurs thèmes qui nous plaisent mais on est tellement pris par cette pièce que cela nous laisse peu de temps pour l’écriture.

Quels sont tes projets dans les mois à venir ?

J’adore Les Aventuriers De La Cité Z et nous allons retourner avec cette pièce à Avignon une fois de plus. Comme je suis un touche-à-tout, je me tourne de plus en plus vers le cinéma et la télévision. J’aime faire plein de choses. La télévision m’offre la possibilité d’avoir des rôles complètement différents de ceux que j’interprète au théâtre. Prochainement, je jouerais le rôle d’un ancien militaire dans un moyen métrage. C’est génial d’être quelqu’un la journée et une autre personne le soir ! C’est pour ça que j’ai voulu faire ce métier. L’idée d’écrire me plait aussi, peut-être une autre comédie ou un long-métrage pourquoi pas mais c’est une autre aventure…

Rencontre avec le comédien Cyril Gourbet à l’affiche des Aventuriers De La Cité Z !

Commenter cet article