Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Rencontre Parisienne à L'espace Gibson avec un artiste dans tous les sens du terme, Benoît Dorémus possède une vraie plume, un joli univers et son nouvel album intitulé En Tachycardie est une pure merveille. Il vous en dit plus...

Pourquoi avoir appelé ton nouvel album En Tachycardie ?

Je me suis rendu compte en terminant ce disque que c’était un album sur les sentiments, ceux qui nous dépassent un peu et qu’on ne maîtrise pas toujours que ce soit le sentiment amoureux ou le sentiment d’angoisse existentielle que l’on peut tous ressentir. Le mot tachycardie n’est pas le titre d’une chanson mais je dis dans l’une des chansons avoir tant vécu en tachycardie. Quand je cherchais un titre, j’ai relu ça et je me suis dit que ça me parlait comme si la tachycardie était un pays, comme s’il y avait Tintin Au Congo et Benoît Dorémus En Tachycardie, comme si c’était un nom propre et un pays dans lequel j’aurais été enfermé quand j’écrivais ces chansons. Je trouvais également que ça sonnait bien à l’oreille, j’ai commencé à en parler autour de moi et cela synthétisait bien tout l’album.

Peux-tu nous présenter ton nouvel opus et nous dire s’il est différent des précédents ?

Je dirais oui et non. Non dans le sens où c’est toujours moi qui écris et je le fais à la première personne, je parle beaucoup de moi et je n’ai pas envie que cela change, c’est ce que j’attends des autres chanteurs, qu’ils parlent d’eux car j’ai toujours l’impression que plus les chansons sont personnelles plus elles sont universelles, je n’hésite pas à y mettre de ma personne et de mon vécu. Dans le propos, je te dirais que c’est la suite de mes albums d’avant mais dans la forme, il est différent au niveau des arrangements, il est plus proche de ce que j’ai toujours voulu faire, je pense qu’il est plus riche aussi. Par exemple, il y a un quatuor à cordes sur quelques titres, il y a des cuivres également, je suis allé plus loin dans les arrangements que sur mes deux albums précédents. Je suis content de cet album et même si j’aime tous mes disques, celui là me comble. J’ai fait les bonnes rencontres pour m’aider à y arriver, je n’ai pas tout fait tout seul.

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

A Qui Destinerais-tu cet album ?

C’est une très bonne question ! Je destinerais cet album à plusieurs personnes, à tous ceux qui se sont fait quitter un jour, à tous ceux qui ont perdu leur amour ; ça représente pas mal de monde ; à ceux qui en souffrent démesurément, à ceux qui ont du mal à tourner la page… Tout l’album ne parle pas que de cela mais ce thème est abordé de plusieurs façons et il revient souvent. Ça peut parler aussi bien aux mecs comme aux nanas. Je dirais que cet album parlera peut-être aux amoureux transis et à ceux à qui la chanson un peu intime manque un peu, je pense notamment à des artistes comme Alain Souchon ou Renaud car ils parlent d’eux pour toucher les autres et même si c’est une chanson qui n’est pas à la mode, pour moi, c’est ma famille.

Comment est-il né ?

Il y a eu plusieurs étapes, j’ai mis plusieurs années à le faire mais les chansons ont déjà eu une première vie sur scène pour la plupart. J’ai étrenné sur scène pendant plusieurs années certaines chansons pour voir l’effet qu’elles faisaient aux gens, pour voir si elles étaient terminées ou non. Quand il a fallu mettre sur disque cet album, cela a été une autre démarche et cela a été un peu plus compliqué car j’ai fait deux albums en maison de disque avant mais c’est un système qui ne marche plus aussi bien, les maisons de disque n’ont plus forcément les moyens de défendre tous les chanteurs, il a donc fallu trouver une autre économie pour l’enregistrer. Artistiquement, nous dirons qu’il est né sur scène avec mes chansons écrites à la guitare et le disque lui-même, je le dois à mon public qui l’a financé par le financement participatif. Il est vrai que si je ne m’étais pas tourné vers le public, je serais encore en train d’attendre les maisons de disque.

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Tes chansons en plus d’être très bien écrites possèdent un vrai sentiment de vécu, est-ce le cas ?

Oui car encore une fois, c’est ce que j’aime chez les autres chanteurs mais aussi chez les écrivains, chez les auteurs ou chez les réalisateurs. Je ne suis pas un chanteur à personnages, je n’aurais pas pu être David Bowie ou M parce que ce sont des personnages et même si je les admire, je préfère la chanson réaliste et les chanteurs qui parlent d’eux à la première personne que ce soit les rappeurs ou la chanson Française plus traditionnelle. Il y a beaucoup de moi dans ces chansons et je ne m’en cache pas.

Tu te réfères à Eminem dans un de tes titres, est-ce une source d’inspiration ?

Complètement, c’est une source d’inspiration, je suis un grand fan d’Eminem depuis plus de 15 ans et même si nous n’évoluons pas dans le même registre, c’est quelqu’un qui me donne du courage. Dans l’expression de soi, il repousse les frontières tellement loin, il se lâche, il y met de ses trippes et en plus avec humour et autodérision. Il peut être con et agaçant parfois mais dans la forme, ce qu’il fait est proche de la perfection. Eminem est quelqu’un qui me booste un peu comme les Beatles et tous ceux que je considère comme des génies, ils m’impressionnent et m’encouragent à la fois. Cela tétanise car on se dit à quoi bon écrire, je n’écrirais jamais aussi bien qu’Eminem et à quoi bon faire une musique, je n’en ferais jamais une aussi jolie que celle des Beatles, on peut avoir ce sentiment de se sentir tout petit mais ça donne des ailes aussi. L’art ou admirer un artiste, ça fait se sentir petit mais aussi immense à la fois et Eminem a cet effet chez moi.

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

L’amour est un thème récurent dans tes chansons mais est-ce un amour passionnel, torturé ou contrarié ?

Les trois, je crois. Passionnel, c’est certain car malheureusement je ne sais pas aimer sans passion et de ce fait je ne tombe pas amoureux souvent mais quand je le suis, c’est trop fort et démesurément. Contrarié oui, cela va avec la passion car elle ne peut être qu’éphémère même quand elle est dans les deux sens, ça tient rarement sur la durée. Il y a forcément une grosse part de contrariété au bout d’un moment et même des conflits et de l’incompréhension. Torturé parce qu’aimer dans le vide est une torture. Il y a un mot que je déteste dans la langue Française, c’est le mot rupture. Quand on dit le mot rupture pour parler de séparation, pour nommer la fin d’un couple, je trouve que c’est un mot complètement nul et faux car une rupture, c’est sec. Si je casse un bâton en bois sec, oui c’est une rupture mais une rupture amoureuse, c’est plus un déchirement, c’est interminable, c’est sur la durée. Si c’était une rupture, cela serait facile, ça serait comme arracher un pansement, on a mal un bout coup et puis c’est fini…En tout cas, moi je ne le vis pas comme ça, ce sont plus des déchirements donc oui ça rejoint la torture.

Le titre 20 Milligrammes est-il un coup de gueule ?

Un peu oui mais c’est surtout un exutoire qui parle des antidépresseurs, des anxiolytiques. C’est un coup de gueule contre personne. C’est quand j’en parle que je me rends compte que c’est un thème qui n’est pas souvent abordé en chanson alors que ça pourrait faire du bien. La France est le pays champion du monde des consommateurs d’antidépresseurs et d’anxiolytiques et on n’en parle peu. En toute modestie, j’essaye de mettre des mots dans cette chanson pour ceux qui ne savent pas le faire et beaucoup de gens m’écrivent pour me dire que la chanson leur parle car c’est exactement ce qu’ils ressentent mais ils ne savaient pas l’exprimer. C’est une chanson que je voudrais un peu décomplexante pour les gens, je voudrais qu’on ne s’excuse pas de souffrir ou d’être mal dans sa peau, c’est normal, c’est la condition humaine et les médicaments tout comme la psychanalyse ce n’est qu’une façon pour aller mieux mais c’est bien d’en parler et en tout cas, il ne faut pas en avoir peur ni en avoir honte.

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Quel serait selon toi le titre le plus radiophonique de ce nouvel album ?

Je pense que c’est Bêtes A Chagrin, j’aime bien le refrain et ce qu’elle raconte. C’est un bon résumé de tout ce qui m’inspire.

Pour reprendre le titre d’une de tes chansons, que lis-tu aux chiottes ?

Alors beaucoup de choses même si en ce moment j’ai un peu honte car je suis plus souvent sur mon Iphone aux chiottes. J’avoues qu’en ce moment, je n’ai pas de gros romans sous le coude mais sinon je peux lire des magazines comme Télérama ou le Nouvel Obs, un petit article qui prend cinq minutes et puis je me poser parfois plus longtemps, cela dépend de mon humeur et de ce que j’ai mangé la veille (rires).

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Tu seras bientôt en concert aux 3 Baudets, peux-tu nous en parler et nous dire ce que tu réserves au public (sans tout dévoiler) ?

C’est encore une autre étape, maintenant que l’album est fait, j’ai envie de le défendre sur scène. Nous serons trois musiciens sur scène moi inclus, il faut restituer un peu l’énergie de l’album en n'étant que trois, il y a un vrai challenge artistique et technique à relever. On est en plein dedans actuellement. Je suis content d’être sur scène avec mes musiciens car j’ai été toute seul avec ma guitare tout l’automne et une partie de l’hiver en première partie de Francis Cabrel. Je suis très impatient d’y être quand j’y pense afin de retrouver le plaisir brut de jouer de la musique avec et pour des gens.

Rencontre avec Benoît Dorémus un artiste de talent à l’occasion de la sortie de son nouvel album !
Commenter cet article