Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Publié le par Steph Musicnation

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Presteej est un véritable phénomène musical et humain, les trois amis jouissent d’une belle notoriété sur les hauteurs de Paris et même le chanteur M a annoncé la sortie de leur album ! Rencontre avec trois artistes qui vont devenir grands !

Pouvez-vous présenter Presteej à nos lecteurs, qui compose le groupe et comment vous êtes-vous rencontrés ?

G : Presteej est formé de Yaya au cajon, de Mickael à la guitare et de Guito B sans instrument. En plus de cela, nous sommes tous les trois chanteurs. Nous nous connaissons depuis très longtemps, depuis notre enfance. Nous avons développé le même amour de la musique et la même philosophie en ce qui concerne le message qu’il faut véhiculer et qui est très positif et rempli d’espoir.

Pouvez-vous nous expliquer le nom du groupe et comment s’est opéré le choix ?

G : Tout est simple avec nous, nous avons trouvé ce nom pour définir un rêve que nous avons en commun, celui de réussir dans la musique et nous l’avons nommé Presteej. Sans parler de la manière dont nous l’avons écrit, le prestige réfère à l’élégance et à la beauté et donc cela tombe très bien.

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Comment définiriez-vous votre premier single intitulé Voulez-Vous Danser ?

Ils sortent se mettent à le chanter a capella.

Y : C’est la joie, c’est le soleil, c’est le fait d’amener les gens à positiver, à s’amuser, à profiter de la vie à chaque instant et quoi qu’il arrive même si nous savons que ce n’est pas facile. Quand ça ne va pas, un petit coup de Voulez-Vous Danser et la bonne humeur revient !

G : Ce qui est incroyable, c’est que nous avons écrit cette chanson il y a très longtemps, elle a plus de dix ans, c’est un peu notre hymne, elle nous a accompagné tout au long de notre carrière.

Ma Façon D’Exister votre premier album vient de sortir il y a quelques jours, comment le présenteriez-vous ?

G : Tout est dit dans le titre, c’est très simple, on raconte notre façon d’exister, toutes ces expériences que nous avons eu à travers la rue. On parle de toutes les choses qui nous sont arrivées et on essaye de dire aux gens que tout est possible à partir du moment où l’on a la volonté et qu’on y croit, on se donne les moyens, on se lève et on se bat. Notre façon d’exister, c’est cela.

Y : C’est aussi l’histoire de Presteej et de son public, à travers les rues de Montmartre et même les rues de toute la France et d’Europe car nous avons chanté à Stuttgart. C’est vraiment l’histoire de notre groupe et de notre public.

M : Comme Guito le disait précédemment dans le titre tout est dit, ça regroupe notre façon d’exister à travers notre parcours dans la rue mais aussi toutes les choses qui nous arrivent dans nos vies respectives et qui nous permettent de relativiser et de positiver presque quoi qu’il arrive (rires).

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

De quoi est-il composé et quels styles musicaux mettez-vous en avant ?

G : On ne cherche pas à mettre en avant un style musical, on n’est pas dans le calcul, on fait de la musique et les gens nous ont dit que ça avait plutôt l’air d’être de la pop avec un mélange de soul aussi et de la variété Française. En fait, on se laisse aller, on ne réfléchi pas.

Y : On essaye de faire notre musique, celle que l’on a cultivé dans la rues avec les rencontres, avec différentes cultures, c’est un mélange de tout cela et on le vit naturellement sans faire de calculs comme l’a dit Guito, sans se dire que l’on est dans un style, on le fait car on aime faire cela.

M : Ce qui est marrant, c’est que l’album a été pas mal influencé surtout dans le choix des titres par le fait que nous chantons à Montmartre tous les jours. On a la chance de pouvoir tester les chansons et d’avoir une réaction immédiate. Comme l’on dit mes collègues, on ne peut pas se classer dans un style, peut-être que l’on nous classera dans un style mais nous on ne cherche pas spécialement à développer un style. Le principal est de déjà faire notre musique et si on arrive à la faire connaître à un maximum de personnes, ça sera déjà bien !

Y : Ce qui nous importe le plus est le message que l’on donne, un message d’amour et de partage et c’est ce que l’on vit chaque jour à Montmartre.

Que retrouve-t-on dans vos textes ?

G : On va parler de notre vécu à Montmartre, des gens qui nous soutiennent depuis tant d’années, de notre vision de la vie, de notre vision de l’art surtout par les temps qui courent ; l’art est une chose à préserver, il ne faut surtout pas laisser certaines personnes empêcher les artistes de s’exprimer dans leur art. Il y a une direction, tout va dans le sens du fait d’apporter de l’espoir et de ne surtout pas laisser les gens sombrer dans une sorte de défaite ou de laisser aller.

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Le choix du prochain single est-il d’actualité ?

Y : On se tâte pas mal car il y a beaucoup de chansons que l’on aime.

G : On va dire que pour le choix du prochain single, ce n’est pas nous qui l’avons choisi mais c’est le public qui a déjà fait son choix et cela s’est fait d’une manière magique. Nous participions cet été à l’émission de télévision Village Départ dans le cadre de notre promo, nous étions censés venir pour chanter Voulez-Vous Danser mais le présentateur Laurent Luyat nous a reçu la veille à l’hôtel dans une ambiance détendue et nous lui avons chanté un titre que nous allons t’interpréter, il nous a arrêté, il nous a dit que même si ce n’était prévu le lendemain nous chanterions cette chanson car ce serait notre prochain single et que ça sentait le tube.

Y : On a fait également un petit bœuf avec Christophe Maé et Tal sur cette chanson là.

Ils sortent leurs instruments et chantent Une Bouteille A La Mer.

Comment voyez-vous la scène et des concerts sont-ils prévus ?

M : On voit cela comme la continuité de ce que l’on fait tous les matins à Montmartre depuis plus de 6 ans avec quelques petites surprises que nous n’allons pas dévoiler maintenant sinon ça serait un peu gâcher, on déjà hâte d’y être et de partir sur les routes afin de faire découvrir notre musique à une plus grande échelle cette fois-ci.

G : La scène, on la voit grande, immense, Le Zénith, Bercy, on rêve en grand car après tout ce que l’on a vécu dans la rue et surtout tout ce qu’on a appris, on a vraiment envie d’être sur scène. Ca nous démange. On a cette chance d’avoir fait nos armes dans la rue mais aujourd’hui, on aimerait vraiment faire des scènes et proposer un vrai show, ça serait super pour nous de pouvoir s’exprimer tant qu’on veut.

Y : Nous avons des dates cet hiver à partir du 21 février, ça sera à la montagne à la Station La-Norma, les dates seront disponibles sur notre page FB officielle.

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Avez-vous toujours vécu musique ?

Y : Je pense que nous sommes nés musique.

G : Je pense que l’on n’a pas toujours vécu musique, chacun de nous a eu la possibilité de faire autre chose.

Y : La musique a toujours été en nous même si nous n’avions pas eu l’occasion d’en vivre. Nous avons chacun un parcours, j’ai été vendeur à la Fnac durant huit ans mais la musique a toujours été présente. On a tous fait des métiers différents et puis un beau jour, nous avons décidé d’écouter ce que la musique nous disait, nous sommes allés vers elle et nous nous sommes harmonisés avec elle.

G : C’est très intéressant d’avoir fait cette expérience car à un moment donné, on s’est posé pas mal de questions sur ce qu’on voulait et même dans la vie en général. Mika a longtemps travaillé dans la gendarmerie en Allemagne et il avait le choix de poursuivre dans cette voie mais pendant ce temps là, il faisait de la musique tout comme Yaya. On a fait un choix de vie, on s’est dit qu’on voulait faire de la musique et on a tous les trois décidé d’arrêter totalement de faire autre chose et on s’est consacré à 100% à la musique. Nos proches ont été inquiets car il faut être conscient que ce n’est pas évident mais aujourd’hui quand on voit le résultat, on ne regrette pas et on se dit qu’on a bien fait de faire ce choix et heureusement qu’on l’a fait. On a les pieds sur terre car on a eu la chance de ne pas arriver tout de suite dans la musique sans avoir connu la réalité de la vie active, faire de la musique est une chance et il faut que les artistes s’en rendent compte. Un artiste est porteur de rêves et il est là pour faire rêver. C’est une vraie chance.

Y : On encourage vraiment toutes les personnes qui ont un rêve d’aller au bout de leur envie, qu’ils s’y accrochent et qu’ils vivent leur Presteej en fait !

Qui sont les artistes qui ont fait votre « éducation musicale » ?

M : C’est très différent pour chacun d’entre nous. Pour moi, il y a eu en grande partie Francis Cabrel, j’ai grandi avec toutes ses musiques depuis 77 à aujourd’hui, je l’écoute toujours et je l’ai même vu récemment à L’Olympia. Il y a eu des artistes Africains comme Salif Keita ou Youssou N’Dour que nous écoutions à la maison. Au niveau international, j’ai beaucoup apprécié pendant des années les musiques de R Kelly et de Brian McKnight.

Y : J’ai grandi avec la musique traditionnelle Africaine et des artistes comme Youssou N’Dour et Baama Maal. Par la suite, j’ai découvert Michael Jackson et forcément cela m’a influencé comme beaucoup de personnes. J’adore également Aaron Neville, c’est un chanteur de soul des années 60 qui me touche particulièrement car il a une voix spéciale.

G : Pour ma part, malheureusement, je n’ai pas eu la chance qu’ils ont eu, chez moi je n’avais pas le droit d’écouter tous les artistes qu’ils ont cité. J’ai fait mon éducation musicale grâce au groupe, c’est à travers le groupe que j’ai commencé à découvrir qu’il existait d’autres artistes. Pendant tout ce temps là, moi j’écoutais mon père à l’église car lui aussi est chanteur et cela m’a permis de développer le sens de l’écriture. J’ai commencé à écrire très jeune et j’ai beaucoup écrit.

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Quels sont vos artistes du moment ?

G : Il y a plein d’artistes, on aime beaucoup ce que Christophe Maé fait et on le respecte beaucoup. On est souvent comparés à du Christophe Maé mais en groupe. Il y a toute cette nouvelle génération que j’aime beaucoup car cela amène la musique un peu ailleurs et je dirais qu’à chaque époque sa musique. J’en profite pour saluer Monsieur Johnny Hallyday car c’est l’un des rares artistes à traverser les époques et j’espère que nous aurons cette chance. Parmi les artistes du moment, je citerais Tal, M Pokora, Maître Gims, Stromae…Ce sont des artistes qui font le show tout comme Mylène Farmer qui est l’indétrônable. Je rêve que l’on puisse faire des scènes comme ces artistes là.

Y : Je te dirais Christine & The Queens et Adele ; au-delà de la musique, ils dégagent quelque chose de positif et c’est aussi notre envie.

M : Je rajouterais Ed Sheeran !

Interview du groupe Presteej qui vient de sortir son album Ma Façon D’Exister !

Que pourrions-nous vous souhaiter pour 2016 ?

Y & M : Une bonne année et une bonne santé (rires), que l’on soit nommé pour les Victoires De La Musique l’année prochaine mais aussi aux NRJ Music Awards et que l’album cartonne.

G : Je vais dire quelque chose et je pense que mes camarades vont être d’accord avec moi, j’espère que nous n’aurons plus à chanter dans la rue.

Commenter cet article