Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Annabelle la Comic Woman a répondu à nos questions !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Cédric Lariviere

Photo Cédric Lariviere

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Annabelle, je suis humoriste, auteur et comédienne. J’ai joué dans de nombreuses pièces comiques dans les cafés-théâtres parisiens, dont certaines que j’ai écrites. Actuellement, je joue mon one woman show intitulé Comic Woman tous les vendredis et samedis soirs au théâtre Le Lieu, rue de Trévise, près des grands boulevards. C’est un spectacle pétillant rempli de surprises, un mélange de stand up, de personnages, d’imitations, et de chansons.

Comment décrirais-tu Comic Woman ?

Comic Woman est un nouveau super héros made in Annabelle.Elle arpente la scène, la nuit dans les salles de spectacle, pour aller partager du rire. Elle possède des supers pouvoirs, elle balance des vannes et peut se métamorphoser en personnages différents à une vitesse incroyable. Comic Woman n’est pas mon double, c’est moi je crois bien, c’est une personne qui a pour mission de donner le sourire au public, c’est ce que j’essaye de faire dans mon spectacle et avec tout ce qu’on entend en ce moment, ce climat un peu morose, je sens bien que les gens ont besoin de légèreté et de choses qui les font s’évader de leur quotidien. Je les emmène ailleurs avec des personnages délirants ou alors je prends le quotidien à contre-pied et je leur montre que quand on le voit du bon angle, ça peut être marrant.

Annabelle la Comic Woman a répondu à nos questions !

Que retrouve-t-on dedans ?

Il y a beaucoup de sujets qui nous parlent à tous. Le fil conducteur de ce spectacle est ce que j’appelle les questions qui tuent. Ce sont les questions embarrassantes que l’on vous pose tout au long de votre vie et auxquelles vous n’avez absolument pas envie de répondre et cela, quelque soit votre âge. Par exemple, alors tu as trouvé du boulot ?, un mec ?, une meuf ?, alors c’est pour quand le mariage ? c’est pour quand les bébés ?, ce sont toutes les questions de la pression sociale qui vous mettent très mal à l’aise. A travers toutes ces questions, j’aborde nos rêves d’enfant, l’amour, le couple, les voisins, les « connards » que l’on rencontre au quotidien, le service à la Française, la vieillesse, la mort… J’essaye de les appréhender avec un regard souriant. Il y a tout plein de personnages hauts en couleur comme une gynécologue d’un style un peu particulier, une coach de self défense avec des méthodes bien à elles, car aujourd’hui on ne se sent plus forcément en sécurité dans la rue, mon voisin qui est très sympathique (rires), ou encore ma grand-mère aussi qui fait une petite apparition dans mon spectacle, et encore plein d’autres surprises…

A qui est destiné ce one woman show ?

A tout le monde, j’ai essayé de parler à des gens de tous âges, c’est aussi bien destiné aux filles qu’aux garçons, aux jeunes et aux moins jeunes, le but est vraiment que chacun s’y retrouve. Ce qui fait plaisir, c’est justement quand les gens qui viennent de n’importe où et de n’importe quel milieu rigolent au même moment sur une même chose. C’est vraiment cela qui m’intéresse. Ce n’est pas parce que je suis une fille que je ne m’adresse qu’aux filles. Si vous êtes célibataire, en couple, divorcé, que vous vivez avec 28000 chats ou un poisson rouge, vous pouvez venir voir le spectacle. C’est marrant car de temps en temps les gens viennent avec leurs enfants. J’adore quand y en a, car parfois, ils posent des questions durant le spectacle : cela permet une interaction drôle et tendre. En tout cas,même quand j’aborde des sujets plus olé olé,c’est suffisamment bien tourné pour que les enfants puissent venir rire (rires). Il n’y a pas de soucis (rires).

Annabelle la Comic Woman a répondu à nos questions !

Tu parles de tes origines dans ce spectacle, quelles sont-elles ?

Elles sont multiples, comme je le dis dans le spectacle, j’ai un père qui vient d’Afrique du Nord et une mère qui vient d’Europe de l’Est : je suis un couscous aux harengs marinés. J’ai eu une enfance baignée de grands parents avec des accents exotiques et des histoires incroyables (rires) et de ce fait, j’ai tout de suite été immergée dans les personnages hauts en couleurs. Je viens d’un brassage multiculturel et j’ai été confrontée très tôt aux accents et aux phrases chocs, notamment celles de ma grand-mère dont je parle dans le spectacle. J’avais un grand père qui avait un vrai sens de l’humour et le mot qu’il fallait pour chaque situation, même la plus grave. C’était quelqu’un de très sensible et drôle, qui avait toujours la bonne blague, la bonne réplique, la bonne répartie.Mon envie de partager du rire me vient peut-être de lui.

Ton spectacle est-il beaucoup romancé ou y-a-t-il beaucoup de vécu dedans ?

Je dirais 50/50. Je m’inspire beaucoup de mon vécu, quelque soit les choses que je vois dans la rue, dans le métro, dans un café, je prends souvent des notes ou je garde mes idées dans un coin de ma tête. Pour le coup, j’ai une très bonne mémoire et c’est ce qui me permet de retenir des phrases chocs, des mimiques ou des voix. Une phrase qui me percute, je vais peut-être en faire tout un sketch qui n’a rien à voir avec la phrase du début.Mais cela part très souvent d’une base concrète et réelle pour en faire quelque chose de plus romancé et fou. Ce qui fait rire les gens, c’est ce qui est près d’eux, j’ai envie de dire qu’il y a besoin de réalité pour faire des spectacles drôles (rires). Je parle un peu de ma vie, c’est personnel mais j’essaye que cela touche chacun d’entre nous sinon ça n’a aucun intérêt (rires). Je mixe également des personnages. Pour vous donner une petite recette, par exemple, mon voisin est un mix de plusieurs personnages, il n’existe pas en lui-même mais il y a au moins cinq vraies personnes qui le composent.

Photo Fred Vignale

Photo Fred Vignale

Quel sketch te fait toi le plus rire ?

C’est une bonne question et une question difficile ! Je ne peux pas dire qu’il y en a un qui me fait plus rire que les autres. C’est vrai qu’il y en a un qui m’amuse beaucoup à jouer, c’est celui des questions qui tuent le couple. J’ai l’impression qu’il se passe un vrai truc à ce moment là (rires) un vrai moment de complicité avec le public qui se reconnait beaucoup dans ce que je raconte. J’aborde avec une vision très décalée toutes les questions qu’il ne faut pas poser dans un couple comme : Alors chérie, qu’est ce qu’on fait ce week-end ?; Alors Chérie, qu’est ce que tu as prévu à manger ?; C’est un sketch en chansons et imitations. Je sens qu’à ce moment précis tout le monde sait de quoi je parle. Il y a aussi un autre sketch plus noir que j’aime beaucoup jouer également, c’est celui de l’anniversaire où j’incarne une fille seule et assez désespérée qui fête son anniversaire de manière virtuelle, c’est un sketch assez représentatif de notre époque, à la fois drôle et tragique.

Quel serait celui qui te demande le plus de travail ?

Le travail c’est que le spectacle soit bon sur toute sa durée, qu’on soit en connivence avec le public quelque soit le sujet. Je ne peux pas dire qu’il y a un sketch qui demande plus de travail que les autres. J’accorde la même exigence à chacun. Pour moi le spectacle est un tout, le travail se fait sur toute la durée du spectacle. Il faut que la magie opère pendant une heure et quelques, et que le travail devienne du pur plaisir.

Photo Fred Vignale

Photo Fred Vignale

Quels sont les retours que l’on te fait le plus souvent ?

Je dirais que c’est au sujet des personnages. On me dit souvent qu’on ne me reconnait pas quand je fais des personnages différents, qu’on m’oublie à travers eux, ce qui est primordial quand on fait ce genre de discipline. Ce qui est drôle c’est que ce sont des choses dont je n’ai même pas conscience moi-même. J’essaye d’être au plus près des personnages quand je les joue et tant mieux si les gens ne me voient plus et perçoivent quelqu’un d’autre, c’est le but et ça me fait vraiment plaisir.

Comment vois-tu l’avenir de ComicWoman ?

En grand ! (rires). Comic Woman doit diffuser de la bonne humeur et du rire au plus grand nombre. C’est un spectacle que j’ai vraiment envie de défendre et d’amener le plus loin possible. Je suis ravie de le jouer à Paris. Les retours du public et le bouche à oreille sont très positifs. Après, pourquoi pas jouer Comic Woman dans des salles de plus en plus grandes. En tout cas je souhaite le meilleur pour ce spectacle. Evidemment, je compte aussi tourner dans toute la France, et pourquoi pas à l’étranger ! Comic Woman peut s’exporter, après tout les super héros viennent des States (rires). Le plus important, c’est que Comic Woman se fasse connaître et que les gens aient envie de venir découvrir un nouvel univers.

Photo Cédric Lariviere

Photo Cédric Lariviere

Un mot pour te résumer ?

C’est la question à un million d’euros, je peux appeler un ami ? Si je devais choisir un seul mot, je dirais pétillante mais j’hésite avec multifonctions !

Tu es venue au dernier Toc Toc Show de Martine Superstar, comment présenterais-tu cette expérience à nos lecteurs ?

C’est une expérience complètement délirante, cela a été une très bonne surprise, j’ai passé un très agréable moment aussi bien avec les artistes, qu’avec le public, qu’en coulisses. Il y a une belle alchimie qui s’est créée et je m’y suis sentie très bien. Je le referais avec plaisir car ça a été un belle rencontre avec Adrien et Martine, je les embrasse et les remercie. Et puis c’est comme cela que nous nous sommes rencontrés tous les deux, alors que demande le peuple !

Photo David Twist

Photo David Twist

Commenter cet article