Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’interview 100% fun de Julie Victor actuellement au théâtre Les Etoiles avec son spectacle mêlant humour et chant !

Publié le par Steph Musicnation

Photo William LET

Photo William LET

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Julie Victor, je suis rousse mais pas totalement naturelle (rires), j’ai les yeux verts, je suis normande, j’aime le camembert et les trucs vrais !

Comment définirais-tu ton spectacle actuellement à l’affiche au Théâtre Les Etoiles ?

Je le définirais comme un doux mélange d’humour et de chansons, c’est une sorte de voyage dans mon univers et dans l’univers en général (rires).

J’aime bien ballotter les gens entre humour et émotion, j’aime jouer avec eux, que cela soit interactif et surtout j’aime me réinventer à chaque fois.

Pour moi, je vois vraiment ce spectacle comme un speed dating avec le public, on fait vraiment connaissance durant 1h15 et c’est comme un rendez-vous amoureux, ça matche ou cela ne matche pas mais évidemment ça matche ! (rires) Ils n’ont pas le choix.

Tout ceci est vraiment de l’amour, c’est de cela qu’il est question, on est là pour ça et j’essaye vraiment d ‘orienter mon travail dans cette direction en donnant du bonheur et de l’amour et partager un moment de vie ensemble.

L’interview 100% fun de Julie Victor actuellement au théâtre Les Etoiles avec son spectacle mêlant humour et chant !

Julie Victor Fait Ce Qu’Elle Veut, est-ce aussi le cas dans la vie de tous les jours ?

Evidemment ! (rires)

« Fait ce qu’elle veut » est en résonance avec le constat que les gens ont toujours un avis sur la vie des autres et qu’ils te demandent tout le temps mais pourquoi tu ne fais pas ci ou ça.

C’est l’apprentissage de la vie qui fait qu’un jour on va faire ce qu’on veut réellement mais pas dans le sens prétentieux du terme, je fais ce que je veux car c’est ce que je sens dans mes tripes et dans mon cœur, j’ai envie de mélanger ce que je sais faire à savoir la chanson, la comédie et la danse.

Je suis interprète et je fais ce que je veux dans ces espaces là et j’aime bien me balader dans tout cela.

J’ai mis du temps à comprendre cela mais moi, je suis ce mélange, je ne suis pas que ci que ça, je suis un peu de tout cela, je suis un petit cocktail.

Tu n’es pas seule sur scène, qui t’accompagne ?

Je suis accompagné de deux musiciens qui sont en alternance, quand tu es venu voir mon spectacle la semaine dernière, tu as vu Pompon qui est extra, il est multi instrumentiste, il joue de la batterie, du clavier et il fait des programmations de sons.

Pompon est en alternance avec Peupeu (rires) car comme ils sont très bons, ils jouent avec Sanseverino, avec The Do et avec plein de groupes.

J’ai une complicité incroyable avec les deux et retrouver des partenaires comme eux, c’est comme retrouver des membres de sa famille, ce sont des êtres rares.

On a le bonheur de faire un métier où l’on joue, on joue ensemble durant 1h15 et on va jouer avec le public, c’est un vrai plaisir.

Photo William LET

Photo William LET

Tu chantes admirablement bien et tu es très drôle, voyais-tu ta carrière dans ces deux domaines en simultané ?

Les gens me disant drôle dans la vie mais je ne pensais pas exploiter la drôlerie sur scène.

J’ai découvert que j’aime faire rire, j’aime déconner, j’aime me foutre de moi-même en ne me prenant pas au sérieux et j’accepte mes formes et j’en rie.

Je pense que les nanas m’aiment bien car je suis une fille normale qui s’assume totalement et à laquelle elles peuvent s’identifier.

Je ne pensais pas mélanger l’humour et le chant, c’est venu à moi assez tard.

Je me suis dit, il y a quelques années, pourquoi ne pas le faire et j’ai sauté le pas et ce mélange me permet de me démarquer.

Quel a été le déclic pour monter ce spectacle ?

J’ai fait pas mal de comédies musicales et de pièces de théâtre où je jouais des rôles et à un moment j’ai eu envie d’être moi-même mais c’est grâce à tous ces rôles que j’ai joué que j’ai pu prendre le courage d’être moi-même et de faire rentrer les gens dans mon univers, dans mes délires, dans mes clins d’œil musicaux.

J’aime plein de styles musicaux, le jazz, la chanson Française, j’aime surfer la dessus et je me suis dit courage, fait-le !

Photo William LET

Photo William LET

Bézu t’aurait appelée et t’aurait proposé un duo, tu aurais signé ?

Evidemment (rires), juste pour le plaisir de le rencontrer, c’était un sacré énergumène, la rencontre de nos univers auraient donné quelque chose d’assez particulier (rires).

J’aime les ovnis, je suis curieuse donc je pense que je l’aurais fait ce duo.

Tu peux dire de moi que je suis un omni, un objet marchant non identifié (rires).

Comment définirais-tu ton humour ?

C’est compliqué comme question, ça devrait être à toi de le définir !

Je dirais que c’est un humour décalé, frais et tendre, je peux être incisive mais je ne suis jamais méchante.

Dans le chant, as-tu des influences ? Ta voix est comparable à celle de Lara Fabian par moments, compliment ou coup de boule ?

(rires)

c’est un compliment, je pense que Lara a une voix incroyable, c’est l’une des plus belles voix même si elle ne fait pas partie de mes influences.

J’ai beaucoup écouté du Barbra Streisand qui mélangeait aussi chant et humour.

J’aime des artistes comme Lisa Minelli ou le chanteur Pierre Lapointe que j’adore et même si cela n’a rien à voir j’aime beaucoup Christine And The Queens qui m’inspire dans une forme d’écriture mais j’écoute vraiment beaucoup de styles différents.

Photo William LET

Photo William LET

Un album est-il envisageable ? Quel style défendrais-tu ?

Dans l’idée, un album avec les chansons de mon spectacle, ce serait plutôt de la chanson Française avec quelques notes jazzy.

Dans ton spectacle, il y a une chanson sur la pilosité féminine, Nair ou Veet n’ont pas cherché à te contacter ?

(rires)

Non et je le regrette infiniment (rires), ni les poêles Tefal d’ailleurs !

C’est une chanson qui touche beaucoup les femmes car j’aborde un sujet qui nous obsède toutes.

J’ai écrit cette chanson en me disant qu’on est toutes à s’épiler au laser mais quid si le poil revenait à la mode, on aurait plus de poils et on serait bien dans la merde.

C’est une ode au poil avec l’envie de dire que les poils sont naturels, j’aime mon poil, je suis bio et je n’en ai marre de cette lutte contre la nature.

Nair Ou Veet peuvent me contacter, ils n’auront pas bon accueil (rires), je déconne, éventuellement, je pourrais avoir des rasoirs !

Je soutiens totalement Cameron Diaz dans son combat pour le poil ! (rires)

Tu as été très touchée par l’accueil du public post-attentats, quel message voudrais-tu faire passer aux spectateurs potentiels ?

C’est une bonne question…

Je dirais qu’on se tient chaud au Théâtre Des Etoiles et que c’est important de continuer à vivre et de continuer à être curieux, d’avoir envie de découvrir et de rester ouvert.

Tous ces événements nous referment, cela nous met dans un sentiment de peur et c’est bien de vaincre cette peur en sortant.

Moi-même, je retourne aux concerts, je ressors mais j’ai eu cette phase normale de trauma mais pour en sortir, il faut lutter avec nos armes qui sont la vie, la bonne bouffe, les amis et les spectacles.

Il ne faut pas avoir peur d’aller dans des salles de spectacle car je pense que maintenant c’est très sécurisé, il y a des agents de police, on est fouillés…des mesures ont été prises pour que l’on soit en sécurité.

Si vous venez me voir, le plus important est cette rencontre, c’est un speed dating de masse et c’est important de se dire qu’on s’aime.

Mon axe de travail est la tendresse que l’on peut échanger et je finis mon spectacle avec la chanson de Bourvil qui s’intitule justement La Tendresse et c’est une espèce de prière qui vivre d’autant plus aujourd’hui et qui dit que règne la tendresse jusqu’à la fin des jours !

Photo William LET

Photo William LET

Commenter cet article