Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Olivier Zanarelli fait partie de ces artistes qui dès qu’on les rencontre ont quelque chose de magnétique. Le jeune chanteur possède un vrai univers et une vraie intelligence d’écriture.

Rencontre avec un artiste naturel et touchant.

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Olivier Zanarelli, je suis auteur, compositeur et interprète.

J’ai eu la chance d’enregistrer un EP intitulé Rue Des Vertus qui est sorti au mois de mai.

Comment as-tu commencé l’apprentissage du chant ?

A vrai dire, je n’ai pas commencé par le chant mais par l’apprentissage des instruments, la guitare, le clavier mais aussi le théâtre.

J’ai commencé la musique vers l’âge de sept ans quant au chant je l’ai commencé environ cinq après.

Un jour, mon professeur de piano a eu l’idée de me faire chanter pour un événement caritatif pour un petit comité privé et puis j’y ai vraiment pris goût.

Ma maman m’a proposé de prendre des cours de chant, ce que j’ai accepté volontiers.

J’ai fait toute une série de spectacles pour des opérations caritatives et j’ai même eu le privilège de chanter quelques chansons devant Sœur Emmanuelle.

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Rue Des Vertus est ton EP sorti au printemps, comment le définirais-tu ?

Je dirais qu’il est un petit peu nostalgique mais très espiègle aussi.

La chanson J’Ai Adoré que nous avons décidé de mettre en avant est une chanson se situant vraiment à la limite des deux, elle est pleine de nostalgie et d’espièglerie car elle a un côté très coquin, très taquin avec cette envie de chatouiller l’autre.

Cet EP est un mélange de différents univers que je suis capable de composer car j’aime jouer sur les deux tableaux.

J’ai longtemps composé des chansons très tristes et finalement quelques joies de vivre m’ont permis de faire des chansons plus joyeuses et du coup j’aime bien continuer les deux selon mon humeur.

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Le nouvel extrait est le titre Changer, quelle est son histoire ?

Tout d’abord, c’est un chanson très longue qui dure cinq minutes mais ces cinq minutes sont essentielles.

Frédéric Canifet, qui est mon pianiste et avec qui je compose parfois, m’avait envoyé une inspiration il y a quelques années et puis un jour de pluie lorsque je vivais encore du côté de Grenoble, j’ai réécouté cet extrait et j’étais dans une humeur à écrire, un texte est venu très rapidement sur cette mélodie que Frédéric avait composé.

C’est l’histoire de quelqu’un qui espère comme beaucoup de gens que l’être humain puisse changer mais finalement avec l’expérience, on se rend compte que l’on ne change personne et ce constat m’a permis d’écrire ce texte et de relativiser.

Malgré les choses tristes, j’essaye toujours de relativiser pour avoir des lueurs d’espoir parce que c’est important de donner de l’espoir aux gens quand on chante.

Photo Simon Friot

Photo Simon Friot

Le clip est magnifique également, peux-tu nous raconter le tournage ?

Changer a connu une nouvelle version, nous l’avons réenregistrée avec un orchestre avec beaucoup de violon et de violoncelle.

Il y avait notamment Mathilde Sternat qui est la violoncelliste du groupe I Muvrini et qui est une jeune femme fabuleuse, elle a accepté d’enregistrer cette chanson avec moi et elle a apporté beaucoup de sentiments et de sensibilité à la chanson.

Pour la vidéo, j’ai la chance d’avoir un super réalisateur qui s’appelle Cyril Dupas qui est également un ami et je fais toujours appel à lui pour la réalisation de mes clips.

Ce clip là a été tourné de manière un peu inattendue car à la base nous ne devions pas forcément faire de clip pour cette chanson et puis nous nous sommes retrouvés ensemble dans un lieu magnifique du côté de la Bretagne et nous avons eu l’idée du clip tout en reprenant des images que j’avais tourné avec un sublime loup qui s’appelle Zéphyr.

J’avais envie de mettre en avant la relation que pouvait avoir un être humain en particulier son côté sauvage avec un animal sauvage.

Je voulais que l’on puisse voir dans ce clip l’appréhension et la séduction car j’ai passé beaucoup de temps avec ce loup pour l’apprivoiser et je voulais vraiment que l’on puisse voir dans ce clip le moment où nous nous apprivoisons tous les deux.

J’ai souvent besoin d’être apprivoisé mais aussi d’apprivoiser les autres pour être à l’aise.

Je dirais que comme le titre est long, il faut d’être patient mais chaque seconde est essentielle pour apprivoiser l’autre.

Tu as déjà pu goûter avec bonheur à la scène, quel est ton rapport au live ?

J’ai l’impression d’avoir plus que goûter à la scène car en fait je ne fais que ça en ayant la chance de faire de plus en plus de belles scènes.

J’ai beaucoup de dates dans des endroits très variés, parfois dans des endroits où les gens ne sont pas habitués à avoir des spectacles vivants et j’aime ce rapport dans les villes qui ont une activité culturelle plus faible et où il faut apprivoiser les habitants de ces villes pour les séduire et leur apporter du divertissement.

La scène est un grand moteur car avant d’enregistrer les titres en studio, nous les avions rodés sur scène pendant plusieurs années et nous les avons vraiment forgés avec le public.

Une chanson possède vraiment une vie et des fois elle en a plusieurs grâce au public et aux différentes versions.

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Quel style musical défends-tu ?

C’est de la chanson Française à texte qui peut frôler parfois la variété.

On peut également qualifier mon style comme étant de la pop glamour car c’est de la musique enjouée comme je le disais pour J’Ai Adoré mais j’aime aussi cultiver une certaine élégance dans mes textes ou en tout cas dans le choix de mes mots.

Nous avons une langue Française qui est très riche pour exprimer un sentiment, nous avons un vocabulaire très grand, du coup je m’amuse beaucoup avec les mots en ciblant précisément le sentiment que j’ai envie de faire passer ou provoquer.

Que retrouve-t-on dans tes textes ?

Dernièrement, je dirais le goût de l’évasion même si j’ai rarement quitté la France que j’ai beaucoup visitée grâce au concert et j’ai découvert la mer que très tard.

J’ai des origines méditerranéennes, mes aïeuls viennent d’Italie, du côté de Gênes et je ne sais pas si dans mon sang j’ai des prédispositions à aimer la mer, en tout cas elle m’inspire énormément même si cela reste toujours en relation avec des sentiments humains.

Je parle d’amour, de désillusion, je pense que je parle tout simplement de la vie et des êtres humains qui se mélangent entre eux.

Ce sont des sentiments assez simples mais qui peuvent parler à beaucoup de gens.

Photo Simon Friot

Photo Simon Friot

Quelles sont tes influences ?

Comme je le dis souvent, nous écoutions beaucoup de musique à la maison mais personne n’en faisait.

J’ai grandi avec de la pop rock, du jazz et de la variété.

Je pense que ces musiques m’ont influencé dans mes goûts qui sont très larges, j’aime écouter du jazz, de la variété, du classique et je pense vraiment que toutes les musiques sont appréciables, cela dépend de l’humeur et du lieu dans lequel on se trouve.

Je ne m’inspire pas du tout d’un artiste en particulier, ce sont plutôt des chansons qui m’inspirent.

En ce moment, j’aime reprendre un titre de Claude Nougaro qui s’appelle Une Petite Fille car je trouve qu’elle a pris de l’ampleur pour moi depuis que je vis à Paris, c’est une chanson qui se passe dans Paris, Claude Nougaro conte l’histoire d’un homme qui court après une femme car il n’a jamais été capable de lui dire je t’aime, il sent qu’il la perd, il court pour la rattraper et lui dire ses sentiments mais il ne la trouve pas.

Après l’avoir redécouverte chez mes parents, je l’ai fait sur scène de manière très théâtrale et j’aime bien faire ce style de chansons sur scène comme Le Poinçonneur Des Lilas de Serge Gainsbourg, des chansons qui me permettent de m’exprimer sur scène un peu comme du théâtre.

J’aime de moins en moins faire le chanteur mais de plus en plus celui qui présente une mise en scène en chantant.

Si tu n’avais pas été chanteur, qu’aurais-tu aimé devenir professionnellement ?

J’ai toujours rêvé de devenir instituteur car j’adore les enfants, mais je me suis vite rendu compte que je préfère mes neveux aux enfants des autres ( rires ).

Infirmier m’aurait tenté également mais la musique est un juste milieu de ce que j’aime faire et quelque part me permet de prendre soin des autres d’une certaine manière.

Je suis complètement à l’aise avec mon choix même si je n’ai pas l’impression d’avoir choisi car la musique est quelque chose d’essentielle.

Rencontre avec Olivier Zanarelli, un artiste comme on les aime, simple et talentueux !

Comment te définirais-tu au quotidien et en tant qu’artiste ?

Je suis très chiant au quotidien car je suis très tatillon ( rires ) mais je suis très chiant avec moi-même avant de l’être avec les autres.

J’aime que les choses soient bien faites et claires comme de l’eau de roche, j’aime bien l’honnêteté et la sincérité, le mensonge est vraiment ce qui m’énerve le plus.

En tant qu’artiste, je n’en sais rien, peut-être que cela se ressent un petit peu dans ma musique que je suis chiant ( rires ).

J’espère que je n’énerve pas trop les autres quoique c’est mieux que de l’indifférence !

Quels sont tes prochains projets ?

Nous préparons une nouvelle tournée car j’ai la chance d’avoir rencontré un nouveau tourneur.

Ma maman disait souvent que j’y allais doucement mais sûrement, c’est à dire que je monte les marches une par une mais cela me va bien comme ça, je n’aime pas être bousculé, j’aime que les choses se fassent tranquillement et finalement mon projet prend de l’ampleur petit à petit et ça me va bien.

Je fais de belles rencontres depuis que je suis à Paris et ces rencontres, je les cultive, j’en prends soin pour essayer de vivre au mieux ma passion et de la partager avec les autres.

Nous préparons l’album qui est en cours, je ne peux pas donner de date mais quand on le présentera c’est que nous serons surs qu’il est exactement comme je voulais qu’il soit !

Commenter cet article

Kévin 23/10/2015 07:02

Cet article m'a donné envie de découvrir son univers!