Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Publié le par Steph Musicnation

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Paul Alexandre Franck Dureau, j’ai 20 ans et mon métier ; si cela en est un ; est d’être animateur radio et chansonnier.

Comment définirais-tu un chansonnier ?

Un chansonnier est un humoriste politique.

Aujourd’hui, nous voyions beaucoup d’humoristes qui font du stand up, c’est à dire qu’ils parlent d’eux et de la vie de tous les jours ; sur le même créneau et sous forme de monologue devant un public, un chansonnier lui va parler de l’actualité et de politique.

Un chansonnier va prendre tous les sujets que l’actualité peut comporter que ce soit politique, people ou sportif et de quelque chose qui est une information, il va en faire quelque chose de drôle.

Quand l’actualité n’est pas en elle-même souriante, nous essayons de tirer des larmes de rire des sanglots de l’actualité.

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Es-tu plus humoriste ou chanteur ?

A la base, je suis quand même plus humoriste, la chanson n’est qu’un moyen comme un autre pour faire de l’humour.

Dans chansonnier il y a chanson car au départ les premiers chansonniers du début du 19ème siècle traitaient des sujets d’actualité de l’époque en vers mais aussi en chansons.

Au 20ème siècle, petit à petit, les chansonniers ont cessé de chanter mais ils ont continué à parler en vers jusqu’à parler aujourd’hui pour la plupart complètement normalement.

Je fais encore quelques chansons ou quelques textes en vers parce que le public aime cela mais aussi car ça renoue avec une certaine tradition.

Mon ami et mentor Pierre Douglas a à cœur de continuer cette tradition dans son tour d’humoriste en intégrant beaucoup de chansons sur l’actualité.

Il y a plusieurs types de chansons, celles dont on écrit la musique et les paroles mais il y a également les parodies, on fait coïncider les paroles avec un sujet d’actualité, je pourrais vous citer par exemple la fâcherie monumentale entre Jean-Marie Le Pen et sa fille pour laquelle on va reprendre Stromae et son titre Papaoutai, on peut également reprendre des chansons plus anciennes comme Les Remparts de Varsovie de Brel qui deviennent Les Remparts De L’Elysée.

Tu es également imitateur, quelles sont les personnalités que tu imites le mieux ?

Le mieux, ça serait présomptueux de le dire ; sans parler de la qualité mais celles que j’aime faire le plus sont celles qui ont le plus d’effet sur le public.

Imiter François Hollande, en ce moment, c’est formidable parce que les gens rigolent avant même qu’on ait ouvert la bouche et finalement juste en grimant le personnage.

J’aime imiter de vieux acteurs comme Gabin ou De Funes et dans les personnalités politiques il y a quelques personnalités vocales indéniables comme Hollande, Sarkozy, Valls et puis les classiques comme Le Pen ou Bayrou, toutes ces voix très marquées.

J’ai une voix assez grave, ce qui m’empêche totalement d’imiter les voix de femmes.

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Peux-tu nous présenter Le Clan Des Chansonniers ?

Le Clan Des Chansonniers est une émission de radio qui regroupe ce qu’il reste de chansonniers, mais n’étant pas sectaires, il y a aussi des humoristes de tous types, nous nous réunissons chaque semaine pour une émission de deux heures, nous avons le plaisir d’être l’émission la plus écoutée de France sur le Net depuis quelques mois.

Durant l’émission, nous prenons l’actualité de la semaine et nous la tournons en dérision.

Nous avons une grande revue de presse en début d’émission, puis il y a des chroniques individuelles, Pierre Douglas, Mathieu, Yann Jamet, le gros de l’émission étant quand même du collectif.

Moi, je fais office de chef d’orchestre ou de passe-plats.

C’est une émission très joviale où nous avons réussi à ce que les différents chroniqueurs ou sociétaires se retrouvent là en tant que copains et non pas en tant que collègues.

Nous avons une ambiance très sympa de bande de vieux copains qui se retrouvent pour déconner et que malheureusement nous ne retrouvons plus beaucoup dans les médias aujourd’hui.

De cette émission de radio a été crée Le Clan Des Chansonniers version spectacle qui a été à l’affiche durant 6 mois au Théâtre De Dix Heures cet hiver et qui va partir en tournée à partir de septembre.

A l’affiche, il y a Pierre Douglas, Amory Gonzague et moi-même.

Quel est ton model artistiquement parlant ?

Je dirais que j’en aurais trois dans des domaines différents, Jean Amadou pour la partie chansonnier, Thierry Le Luron pour l’imitation et Philippe Bouvard pour la radio.

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Qu’évoque Montmartre pour toi ?

C’est le dernier bastion !

C’est le dernier endroit où l’on peut se balader, avoir des rendez-vous et même se laisser aller au détour d’une ruelle et n’en ressortir qu’au soir.

Mon grand-père qui était serrurier avait son atelier dans l’ancien dispensaire de Poulbot et il était l’ami de tous les chansonniers de l’époque, depuis sans y avoir jamais habité mais en y ayant travaillé, mon père et moi nous sentons également de purs Montmartrois.

Montmartre est le dernier lieu de vie nocturne à Paris en dehors du monde des boites de nuit.

On a déjà évoqué pas mal tes différents « casquettes » mais comment tout cela a-t-il débuté, quel a été le déclic ?

J’ai commencé en faisant des imitations vers l’âge de 13-14 ans, je faisais ça pour amuser mes copains en classe et évidemment je le faisais aussi avec les profs.

Un jour, j’ai eu une prof d’Anglais qui ne m’aimait pas et pour cause je ne parle pas Anglais, je m’attarde à parler Français en plusieurs langues, j’aime tellement ma langue maternelle qu’il ne m’est jamais venu à l’idée de la tromper avec une autre.

Cette prof disait du mal de moi dans la salle des profs et une autre prof lui disait que j’étais rigolo car quand on m’engueulait je répondais en imitant De Funes par exemple.

La prof d’Anglais est venue me trouver en me disant que comme je n’allais pas faire mes devoirs pour le lendemain et bien je devais lui préparer un sketch avec la voix de Chirac.

Tout a commencé ainsi !

Le lendemain, j’avais préparé 3 minutes de sketch que je suis allé faire au tableau avec la voix de Chirac comme d’autres allaient réciter leurs cours.

Ca a très bien marché, la prof a trouvé ça super, tous mes potes en classe ont rigolé, ensuite tous les vendredis au dernier cours d’Anglais pendant 10 minutes je faisais un sketch.

Je rends hommage à cette professeur Mme Joëlle Bouillie car jamais sans elle je n’aurais eu l’idée de faire ça !

Elle m’a fait faire le spectacle de fin d’année de l’école, puis j’ai des cabarets et ainsi de suite…

Au départ, c’est d’être mauvais en Anglais qui m’a permis de révéler cette facette en moi.

Partez à la rencontre de Paul Dureau, un jeune artiste aux multiples talents !

Tes parents t’ont-ils toujours encouragé ?

Oui d’autant que c’est au départ mon père qui m’a emmené pour la première fois au théâtre de chansonniers au Théâtre Des Deux Ânes, c’est donc lui qui m’a initié.

Ma mère est pianiste de profession, c’est une artiste, je n’ai donc jamais eu de soucis avec ma vocation.

Comment arrive-t-on si jeune dans le métier ?

Je dirais difficilement car au départ je ne connaissais personne dans le métier, je n’avais aucune relation ni dans le milieu des spectacles ni dans celui des médias, je n’ étais donc pas un pistonné.

Ma première prestation professionnelle rémunérée était chez un cabaretier à Montmartre qui m’a dit vous avez 10 minutes si vous faites rire vous restez, si vous ne faites pas rire vous dégagez.

Je suis resté un an dans ce cabaret où je faisais des prestations quasiment tous les soirs.

Petit à petit, d’un cabaret on en fait un autre et un jour j’ai eu un très bon papier venant d’une critique radio qui était dans la salle.

Les dirigeants de la radio m’ont contacté pour que je fasse une émission de divertissement qu’ils cherchaient à produire pour la rentrée suivante et c’est comme cela qu’est née Le Clan Des Chansonniers, j’avais 16 ans.

Quels sont tes projets à venir ?

Tout d’abord, l’émission de radio qui continue, un projet Tv sur une chaîne importante de la TNT, la tournée du Clan Des Chansonniers, le Dvd du spectacle qui sortira en septembre et qui a été enregistré au Théâtre De Dix Heures au mois de mai et puis je serais sur scène durant 30 minutes au Don Camilo et au Théâtre Des Deux Ânes à Paris, à mon sens c’est mieux car en 30 minutes on concentre beaucoup plus de choses qu’en 1h30, du point de vue de la qualité ce sera plus resserré et plus ardant.

Où peut-on te retrouver cet été sur scène ?

Je suis jusqu’à fin juillet au Don Camilo, je vais partir en vacances au mois d’août mais vous pourrez me retrouver dès la fin du mois d’août car je reprends la tournée pour deux dates à Nice et à St Gilles Croix De Vie.

Commenter cet article

Blin pinet 11/08/2015 12:15

Tres jeune mais déjà du talent et tellement gentil! Je lui souhait de û réussir, pour cela il doit continuer et rester comme il est. Encore un grand BRAVO.