Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entretien Parisien avec la chanteuse Buzy !

Publié le par Steph Musicnation

Entretien Parisien avec la chanteuse Buzy !

Buzy a marqué les années 80 avec des titres comme Dyslexique, Adrian ou Body Physical pour ne citer qu’eux, le public n’oublie jamais les grands artistes qui ont compté pour eux à différents moments de leur vie. Buzy est une grande dame de la chanson Française que l’on pourrait qualifier d’électron libre. L’artiste continue à faire de la musique mais pas seulement ! Marie-Claire a répondu à mes questions.

Pouvez-vous nous parler de votre métier au quotidien ? Comment est arrivée cette « reconversion » ?

Aujourd’hui, je suis psychothérapeute et coach mais je dirais que ce n’est pas une reconversion fondamentalement car j’ai fais trois années de psycho et une année de médecine avant que ma carrière de chanteuse ne débute.

Je crois que c’était quelque chose d’immanquablement écrit dans mon destin.

Gardez-vous des projets musicaux ?

Bien sur, j’en ai toujours mais la musique devient un luxe si tenté qu’on veuille en faire avec un minimum de professionnels.

Photo Muriel Despiau

Photo Muriel Despiau

Quels sont vos combats en 2015 ?

Vous savez, je suis une révoltée permanente ; je ne peux pas combattre le problème des émigrants qui se noient mais à mon moindre niveau, je tente d’apporter de la lumière aux autres, j’essaye de les aider et avec mon métier de chanteuse de les faire rêver.

Quel regard avez-vous sur l’actualité ?

Le monde ne tourne pas rond, il y a beaucoup de problèmes, l’agroalimentaire, l’Inde, les changements climatiques…

Je suis écologiste à fond mais je ne peux que soutenir les gens car je n’ai pas les moyens de changer la donne…

D’où vient votre pseudo Buzy ?

Buzy n’est pas un pseudo mais le nom de famille de ma grand-mère et de ma mère.

J’ai appris en lisant une biographie vous concernant que vous aviez joué dans le Rocky Horror Picture Show, quel souvenir avez-vous de Columbia votre personnage ?

C’était vraiment super, j’avais 18-19 ans, le Rocky Horror Picture Show était une comédie musicale connue Outre-Atlantique et quand la comédie s’est montée en France, j’ai eu la chance de rejoindre le casting.

C’était fun et décadent, je chantais en porte-jarretelle, c’était quelque chose de complètement dingo !

Nous avions des musiciens qui jouaient en live derrière le rideau et c’était aussi la première fois que je chantais, j’interprétais 2-3 chansons et c’est durant cette expérience que j’ai composé Dyslexique.

Entretien Parisien avec la chanteuse Buzy !

Dyslexique en 81 est un succès fabuleux, 500 000 exemplaires vendus, qu’est ce qu’il y avait sur les murs de Votre chambre d’adolescente ?

Marilyn Monroe mais essentiellement David Bowie !

Comment fait-on pour ne plus être lexydisque ?

J’ai été détectée dyslexique assez jeune et j’ai intégré une section spécialisée durant un an ; même encore maintenant, quand je suis fatiguée il m’arrive de mélanger les choses.

Je peux vous donner un exemple assez marrant ; j’étais invitée à une émission de radio et au lieu de parler de Souchon et Voulzy, j’ai parlé de Souchy et Voulzon ; il peut m’arriver de dire bonjour Monsieur à une dame et vice versa…Il y a des situations assez cocasses parfois !

C’est très faible maintenant mais c’était beaucoup plus important quand j’étais enfant.

Pouvez-vous nous parler de la genèse du titre Body Physical ?

J’étais partie en Thaïlande avec mon petit ami de l’époque ; nous étions chez des amis à Bangkok et ils nous ont proposé d’aller tester un massage pour nous relaxer.

Le massage s’est avéré beaucoup plus profond que ce que nous avions imaginé (rires) et ce massage s’appelle du body body.

Les filles étaient derrière des vitres sans tain, des numéros étaient inscrits sur leur T-shirt et elles étaient complètement shootées.

Nous étions jeunes et nous avons joué le jeu ; quand j’en suis sortie, j’ai eu la possibilité en écrivant cette chanson de me mettre dans la peau d’un homme qui se tape une prostituée.

Tout ceci est arrivé car à l’origine j’étais à la recherche d’un paquet de clopes !

A cette époque, en Thaïlande, on trouvait des clopes et ces fameux massages dans les mêmes endroits.

J’ai écris le texte la nuit suivante avec une pensée pour Gainsbourg et son titre Sea, Sex & Sun.

Entretien Parisien avec la chanteuse Buzy !

Votre autobiographie Engrenages a été saluée par la critique, si je vous demandais de résumer ce livre en une phrase, quelle serait-elle ?

Quel serait votre message au travers de cette autobiographie ?

Je pourrais même vous le résumer en un mot : Engrenages !

Le titre n’a vraiment pas été choisi par hasard, ce sont des engrenages sans nom d’évènements heureux et malheureux qui ont peuplés ma carrière.

C’est un éditeur qui est venu me trouver et qui m’a demandé de raconter mes années 80 ; ces années sont cultes, ce sont les années avant sida, il y avait très peu de chômage, nous avions une liberté d’expression énorme et la mentalité des jeunes était fabuleuse, nous étions des optimistes et puis les années 80 rimaient avec les années Palace et Bains Douches.

J’ai commencé ma carrière vers 23-24 ans et j’ai eu du succès immédiatement, durant ces années là, j’ai le souvenir d’une formidable jeunesse.

J’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire même si je revenais sur des moments douloureux, à la fin j’ai ressenti une grande fierté.

Auriez-vous envie de ressortir un livre ?

La suite d’Engrenages ? ; Mais ce serait beaucoup moins drôle, le métier a tellement changé, tout est plus glauque et plus dur.

Ecrire est quelque chose qui me plait beaucoup, peut-être un roman…

Quels seraient les albums qui vous ressemblent le plus dans votre discographie ?

Adrian, Borderlove et Delits.

Quel serait votre mot de la fin ?

Il n’y a pas de conclusion, la vie est toujours en mouvement !

https://www.facebook.com/buzytherapie

https://fr-fr.facebook.com/BuzyOfficiel

Commenter cet article

philippe 28/03/2016 18:29

merci BUSY !

nikou 17/06/2015 10:52

C'est très sympa de savoir ce que devienne les artistes de ma jeunesse, dont Buzy faisait partie. Merci